Faurecia divise sa marge opérationnelle par deux

 |   |  492  mots
L'équipementier automobile Faurecia accuse une perte nette de 48,2 millions d'euros au premier semestre 2006, en raison de la baisse d'activité avec les constructeurs français qui l'a poussé à accélérer sa restructuration. Sa marge opérationnelle passe de 2,9% à 1,4% sur la période. Une annonce immédiatement sanctionnée par les marchés.

Mauvaise passe pour l'équipementier automobile français Faurecia, filiale à 71,5% de PSA Peugeot Citroën. Le groupe vient en effet d'annoncer une perte nette de 48,2 millions d'euros au premier semestre 2006 après un bénéfice net de 34,5 millions d'euros un an plus tôt. Le résultat opérationnel a chuté de 46,8% à 85,1 millions d'euros, sur un chiffre d'affaires en hausse de 6,5% à 5,97 milliards d'euros, soit une marge de 1,4% contre 2,9% sur la même période de 2005.

Quant à son chiffre d'affaires, s'il a crû de 6,5% en données courantes, il a baissé de 0,1% hors ventes de monolithes (métaux précieux inclus dans les systèmes d'échappement) et à taux de change constants. À la fin juin 2006, le groupe accusait une dette nette de 1,65 milliard d'euros, en augmentation de 48,6 millions d'euros comparé à la fin décembre 2005. "Cette hausse a été contenue", a souligné le groupe

"La chute de l'activité avec les constructeurs français (-10,7%), lesquels représentent près de 40% du chiffre d'affaires consolidé de Faurecia, a fortement impacté la marge opérationnelle du groupe. Elle a également eu pour effet d'accélérer les mesures de redéploiement industriel et d'adaptation des effectifs, entraînant une provision pour restructuration de 107,6 millions d'euros", a expliqué la direction du groupe dans un communiqué.

Hors d'Europe, Faurecia a poursuivi sa croissance avec une hausse organique de son chiffre d'affaires hors monolithes de 20% en Amérique du nord et de 41% en Asie. Mais en Europe l'équipementier a subi une chute de 10,7% de ses ventes avec les constructeurs français. Celle-ci a un impact conséquent sur les marges et a la mise en place d'un nouveau plan de restructuration au sein du groupe de 107,6 millions d'euros.

Par activité, le chiffre d'affaires des Sièges d'automobiles a reculé de 2,5% à 2,48 milliards d'euros, tandis que celui des autres modules de l'Intérieur Véhicule a augmenté de 2,8% à 1,79 milliard d'euros. Le chiffre d'affaires des Systèmes d'échappement a bondi de 44% à 1,34 milliard d'euros notamment grâce aux monolithes. L'activité Bloc Avant a subi une baisse de 7,3% de son chiffre d'affaires, à 361,2 millions d'euros.

Outre ces soûts de restructuration, l'équipementier a fait état de l'impact de "coûts de démarrage exceptionnellement importants sur l'ensemble de l'exercice" car il continue à se développer "notamment hors d'Europe de l'ouest", avec 15 ouvertures de sites prévues en 2006 dont 7 aux États-Unis, 2 en Chine et 2 en Corée et 4 en Europe centrale.

Faurecia a aussi subi au premier semestre un effet de ciseau prix/coûts négatifs, entre une forte pression à la baisse sur ses prix de vente exercée par les constructeurs automobiles et la poursuite de la hausse du prix des matières premières et de l'énergie.

L'équipementier a prévenu que "les facteurs qui ont affecté le premier semestre 2006 vont continuer à peser sur les résultats du groupe jusqu'à la fin de l'année 2006".

Suite à cette annonce, le titre a chuté de 7,61% à 41,39 euros à la clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :