Barclays profite de sa réorientation vers les activités de marché

 |   |  414  mots
La banque britannique, qui doit affronter une forte montée des risques sur ses activités traditionnelles de prêt aux consommateurs, voit ses profits tirés par ses investissements massifs dans les opérations sur les marchés financiers.

La banque britannique Barclays, numéro trois du secteur, commence à tirer les fruits de sa réorientation stratégique. Alors que ses résultats sont affectés par la morosité de ses points forts traditionnels, le marché des particuliers et les cartes de crédit en Grande-Bretagne, ce sont désormais les bénéfices de ses activités de marché qui tirent l'établissement.

Selon les chiffres publiés ce matin par Barclays, le bénéfice net de la deuxième moitié de 2005 s'est élevé à 1,61 milliard de livres (2,35 milliards d'euros), en hausse de 10% sur un an. Un chiffre qui dépasse les attentes des analystes, qui s'élevaient, selon Bloomberg, à 1,54 milliard de livres. Sur l'ensemble de l'exercice écoulé, le bénéfice avant impôts a progressé de 15%, à 5,28 milliards.

Les activités traditionnelles de la banque - la clientèle des particuliers en Grande-Bretagne et les cartes de crédit - ont souffert du ralentissement de l'activité dans le Royaume-Uni et de la remontée des taux d'intérêt britanniques. L'impact de ce dernier phénomène sur le comportement des consommateurs et leur solvabilité a été très marqué. Barclays a dû resserrer les critères d'octroi de sa Barclaycard, et les incidents de paiement se sont multipliés. Si bien que, si le résultat avant impôts de la branche banque de détail britannique a augmenté de 18% à 478 millions de livres au second semestre 2005 (après un recul au premier semestre), les provisions pour créances douteuses ont explosé: elles se sont établies à 1,57 milliard de livres sur l'ensemble de l'année, en hausse de 43%.

Pour compenser la morosité du marché des consommateurs en Grande-Bretagne, Barclays a procédé l'année dernière à une importante acquisition: celle d'Absa Group, la plus grosse banque sud-africaine pour les crédits aux particuliers, achetée pour 4,48 milliards de dollars.

Mais ce sont donc les activités de la banque sur les marchés de capitaux qui ont tiré le groupe l'année dernière. Durant la deuxième moitié de l'exercice, les bénéfices avant impôts de Barclays Capital ont bondi de 32%, à 569 millions de livres. Le groupe recueille là les fruits d'une stratégie d'investissements considérables. Barclays a engagé depuis deux ans quelque 3.000 traders et banquiers spécialisés dans les produits financiers comme les dérivés sur actions et les contrats sur matières premières.

A Londres, l'action Barclays est stable, à 644 pence, dans la matinée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :