Après une année 2005 record, Novartis veut faire mieux en 2006

 |   |  340  mots
Le laboratoire suisse a réalisé un bénéfice net record en hausse de 10% pour 2005. Son développement dans les génériques porte ses fruits en attendant son renforcement dans les vaccins grâce à l'acquisition de Chiron. Novartis prévoit de nouveaux résultats record en 2006.

Novartis monte en puissance. Le laboratoire pharmaceutique suisse a publié un bénéfice net record de 6,141 milliards de dollars (5,11 milliards d'euros) en 2005, en hausse de 10%. Toutefois, ses résultats étant quelque peu inférieurs aux attentes des analystes qui prévoyaient un bénéfice de 6,25 milliards de dollars, le titre Novartis recule de 2,76% à 70,45 francs suisses à la clôture de Zurich.

De son côté, le chiffre d'affaires progresse de 14% à 32,212 milliards de dollars, également inférieur aux prévisions de 32,3 milliards de dollars. Notons que le bénéfice net du quatrième trimestre a stagné à 1,35 milliard de dollars. Les résultats du troisième trimestre avaient été très satisfaisants avec une hausse de 17% du bénéfice opérationnel.

La division pharmacie, qui représente deux tiers du chiffre d'affaires du groupe, a enregistré des ventes de 20,26 milliards de dollars, en progression de 10%. La division des médicaments génériques, sur laquelle Novartis s'est fortement développé avec la filiale Sandoz, a vu son chiffre d'affaires s'envoler de 54% à 4,69 milliards de dollars. En effet, en février dernier, Novartis a pris la place de numéro un mondial du marché de génériques en rachetant l'Allemand Hexal pour 6,4 milliards d'euros (voir ci-contre).

Si les résultats 2005 sont à des niveaux record, ceux de 2006 devraient l'être également. Le patron de Novartis, Daniel Vasella, s'est montré "confiant pour réaliser en 2006 une nouvelle année de croissance dynamique, avec des ventes et des résultats financiers record". Le sixième groupe pharmaceutique mondial prévoit d'ailleurs d'accroître son bénéfice de 10% pour l'année qui commence.

Cette prévision très optimiste se justifie notamment par l'acquisition, en octobre dernier, de l'américain Chiron pour plus de 5 milliards de dollars (voir ci-contre). Cette opération va permettre à Novartis de nettement se renforcer dans les vaccins puisque Chiron occupe le cinquième rang mondial sur ce marché (voir ci-contre). En 2004, Chiron avait réalisé un chiffre d'affaires de 510 millions de dollars dans ses activités de vaccins.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :