Airbus sabre dans ses sous-traitants

 |   |  465  mots
L'avionneur européen veut passer de 3.000 à seulement 500 sous-traitants. Il compte aussi réduire le nombre de ses plates-formes logistiques de 80 à moins d'une dizaine.

Spectaculaire plan de rationalisation industrielle chez Airbus. La grande filiale du groupe européen d'aéronautique et d'armement EADS annonce lundi soir qu'elle va diviser par six le nombre de ses sous-traitants et passer ainsi de 3.000 à environ 500. Tout aussi drastique est la réduction du nombre de centres de logistique de l'avionneur, rival de l'américain Boeing, puisqu'ils vont passer de 80 à une demi-douzaine, entre 4 et 8. D'ici à 2010, Airbus entend réduire ses coûts d'approvisionnement de 350 millions d'euros.

Cette annonce intervient alors que le conseil d'administration d'EADS doit se réunir mardi pour trancher sur le lancement de l'Airbus A350 censé contrer le succès du futur Boeing 787 (voir ci-dessous) qui a déjà engrangé plus de 400 commandes fermes. Mais le modèle européen risque de ne pouvoir sortir qu'en 2013, cinq ans après son rival américain, pour un coût de développement qui serait porté de 10 à 13 milliards d'euros. Avec la question cruciale: qui va payer à l'heure où les grands actionnaires privés d'EADS, Lagardère côté français, et DaimlerChrysler côté allemand, réduisent leur participation?

Ce plan d'économie intervient également alors qu'Airbus doit mettre en oeuvre un plan de productivité baptisé Power 8 ou Energie 8 dont le détail reste à dévoiler, notamment en termes de réduction d'effectifs - certains en interne ont évoqué jusqu'à 10.000 suppressions de postes - et de nombre de sites. Français et Allemands cherchent tous à sauver leurs emplois et leurs implantations. Ils vont sans doute regarder à la loupe les choix faits en matière de réduction du nombre de sous-traitants et de plates-formes logistiques.


Boeing veut diminuer le poids du B787
Boeing annonce vouloir réduire "de quelques pour-cent" le poids de son long-courrier, déjà présenté par le groupe comme l'avion le plus économique du monde notamment grâce à l'utilisation de matériaux composites dans 55% de l'avion, permettant d'alléger l'appareil. "Nous avons encore certains défis à relever, comme c'est le cas pour tout nouveau programme d'avion", a affirmé Mike Bair, vice-président chargé du programme B787 chez Boeing.
"Les nôtres sont le poids et le calendrier, mais rien qui sorte de l'ordinaire, encore une fois", a-t-il poursuivi, en assurant que "nous avons les moyens de résoudre ces problèmes" et que le prix de l'avion ne sera pas modifié. Boeing travaille avec tous ses fournisseurs afin de pouvoir se conformer au calendrier que le groupe s'est fixé, selon ce responsable, si bien que "nous restons sur notre calendrier d'entrée en service commercial en mai 2008". La production doit démarrer "début 2007", l'assemblage final "au deuxième trimestre avec de premiers tests en vol de six appareils "à la fin de l'été", a-t-il ajouté. En guise de première étape, Boeing compte livrer 112 B787 d'ici la fin 2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :