Boeing allonge encore son futur 747 face à l'Airbus A380

 |   |  427  mots
La nouvelle version du gros Boeing 747 jumbo jet, le -8, va être portée de 450 à 467 passagers. De quoi venir chasser sur les terres du futur très gros porteur du concurrent Airbus, l'A380, qui accumule les retards.

Un an après le lancement commercial du Boeing 747-8, une version allongée de son actuel B747-400, l'avionneur américain vient de modifier la configuration en décidant d'en augmenter la capacité. De quoi contrarier le programme A380 d'Airbus, en grosses difficultés. Ainsi, la nouvelle version passagers pourra contenir 467 passagers en configuration tri-classes, contre 450 dans celle envisagée initialement et 416 aujourd'hui dans le 747-400, a indiqué aujourd'hui Yves Galland, président de Boeing en France. Soit une hausse de capacité de 12,2 % par rapport au B747-400. "Après de longues discussions avec les compagnies, ces dernières nous ont demandé d'augmenter le nombre de sièges", explique Yves Galland.

Le nouveau 747, prévu en 2009 en version cargo et en 2010 en version passagers, utilisera bon nombre de technologies du B787, le futur long-courrier de moyenne capacité, notamment les moteurs. Cet allongement réduira à nouveau les coûts d'exploitation au siège, sachant que la version à 450 sièges avait selon Boeing des coûts au siège kilomètres inférieurs de 8%. Les coûts d'exploitation seraient même plus bas de 20% dans le fret.

Avec 467 sièges, le B747-8 attaque par le bas l'A380 dont la version de base est à 555 sièges. En un an, 43 B747 fret ont tété commandés. Trois en version passagers mais tous en version Business jet (VIP). "Je serai surpris s'il n'y avait pas de commandes de 747-8 prochainement", a indiqué Yves Galland. Ce dernier n'a pas voulu donner le nombre de clients avec qui Boeing discutait.

A l'inverse, il plus prolixe sur le B787, le futur long-courrier de moyenne capacité. "Nous discutons avec trente nouveaux clients sur 500 nouveaux exemplaires", a indiqué le président France de Boeing, précisant toutefois que l'avionneur ne remportera pas tous ces contrats. Aujourd'hui, le B787 compte 432 commandes fermes, deux ans et demi après son lancement. Alors que les créneaux de livraisons sont quasiment remplis jusqu'en 2013, Boeing va décider dans les 12 mois du lancement d'une seconde ligne de production.

Alors que l'avionneur est confronté à un problème de surpoids sur le B787, ainsi qu'à certains retards émanant de quelques fournisseurs, il maintient son calendrier. Les premières livraisons sont toujours prévues en mai 2008. Pour résoudre ces deux problèmes, Boeing a augmenté ses budgets de R&D (recherche et développement) pour 2006 et 2007 de 300 à 600 millions de dollars. Néanmoins, selon Boeing, même avec le poids actuel, les coûts d'exploitation sont inférieurs de 2% par rapport aux engagements vis-à-vis des compagnies, soit 12% de moins.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :