Le président du PSG confirme la prochaine ouverture du capital

 |   |  415  mots
Alain Cayzac, le président du Paris Saint-Germain confirme une ouverture du capital du club de football de la capitale d'ici à la fin de l'année. Il aimerait d'ailleurs y faire son entrée. Latribune.fr avait révélé mardi qu'en plus de Colony Capital, de Butler Capital Partners et de Morgan Stanley, deux fonds français et deux fonds anglo-saxons pourraient bientôt entrer au capital du Paris Saint-Germain.

Le président du PSG, le Paris Saint-Germain, Alain Cayzac, confirme ce jeudi que le club de football de la capitale procédera "d'ici à la fin de l'année" à une ouverture du capital."L'entrée de nouveaux investisseurs se fera d'ici à la fin de l'année par une ouverture du capital et non une vente d'actions", a déclaré le président du PSG en marge de l'Assemblée générale de l'Union des clubs de football professionnel (UCPF) tenue à Paris. Interrogé sur son souhait d'entrer dans le capital du club, Alain Cayzac a précisé que "rien n'a changé. Je compte le faire petitement et progressivement".

Latribune.fr avait révélé mardi que quatre fonds d'investissement, deux français et deux anglo-saxons, pourraient bientôt rejoindre le capital du PSG. Ils devraient prendre au total 40% du club de la capitale et viendraient rejoindre Colony Capital, Butler Capital Partners et Morgan Stanley, chacun détenant 20% des parts. Ces derniers étaient entrés en juin dernier lorsque Canal Plus, la filiale du groupe Vivendi, avait cédé le club, mettant ainsi fin à quinze ans d'histoire commune entre le club de football et la chaîne de télévision cryptée. L'accord de cession avait été annoncé le 11 avril dernier. Le montant de l'opération s'élevait à 41 millions d'euros.

Une autre source proche du dossier précisait que les négociations se poursuivaient actuellement sur l'entrée de ces nouveaux fonds voire celle d'industriels et qu'une telle opération ne se fera sans doute pas avant la fin de l'année voire le début de l'année prochaine. Elle devrait s'opérer via une augmentation de capital de 30 millions d'euros qui permettra aux nouveaux entrants de détenir 40% du capital du PSG.

Le fait que de nouveaux fonds rejoignent leurs homologues dans l'aventure peut surprendre d'un point de vue strictement économique. Le PSG, malgré un budget de quelque 80 millions d'euros, peine à gagner de l'argent. Et sportivement, il n'arrive pas à faire des étincelles. Sa récente défaite sur son terrain 3 buts à 1 contre Lens vient d'en apporter un exemple cinglant.

Mais si les fonds, qui se nourrissent de retour sur investissements élevés, sont prêts à jouer le jeu, c'est qu'ils estiment plus que vraisemblable de trouver un "business model" au PSG, club de la capitale français et de son agglomération de onze millions d'âmes, en mariant résultats sportifs et déclinaison économique via le merchandising et les droits audiovisuels.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :