Safran : l'Etat franchit en baisse le seuil du tiers des droits de vote

Il détient désormais 30,4% du capital. Cette opération intervient alors que, selon La Tribune, Thales et Safran préparent un dossier de rapprochement.

L'Etat a franchi en baisse le seuil du tiers des droits de vote du groupe de haute technologie Safran. Il détient désormais 30,40% du capital et 27,31% des droits de vote de cette société, a indiqué lundi l'Autorité des marchés financiers (AMF).

L'Etat a précisé avoir l'intention "de détenir durablement moins du tiers des droits de vote totaux attachés aux titres" de Safran. Il ne souhaite ni acquérir de nouveaux titres, ni prendre le contrôle dans les 12 mois à venir, ajoute l'AMF. Ce franchissement de seuil résulte de la conversion au porteur de 102.000.000 actions Safran détenues par l'Etat, ayant entraîné la perte des droits de vote double qui y était attachés, indique l'AMF.

Cette opération intervient alors que l'avenir de Safran, issu de la fusion entre Sagem et Snecma, fait l'objet d'intenses tractations. Selon La Tribune du 22 octobre, Thales et Safran préparent un dossier de rapprochement qui doit être déposé dans le courant du mois de novembre. Une fusion de Thales avec Sagem Défense Sécurité, une branche de Safran, "aurait du sens", a déclaré ce lundi 22 octobre, le PDG de Thales, Denis Ranque. Tandis que Louis Gallois, président d'EADS, s'était dit, fin septembre, intéressé par certains actifs de Safran

En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.