Selon Angela Merkel, le G8 accepte une réduction de moitié des émissions de CO2

 |   |  370  mots
La chancelière allemande estime avoir fait progresser les Etats-Unis vers l'objectif d'une réduction des émissions de 50%. Paris et les ONG environnementalistes espéraient plus de concessions, notamment en termes de calendrier.

Les dirigeants des huit pays les plus puissants de la planète réunis à Heiligendamm (nord de l'Allemagne) sont convenus d'envisager de réduire de 50% leurs émissions de gaz à effet de serre (Ges), a affirmé la chancelière Angela Merkek dans l'après-midi. Pour sa part, le Premier ministre britannique Tony Blair a précisé par la suite que les membres du G8 estimennt qu'une "réduction importante des émissions est de l'ordre d'une réduction de moitié, c'est très important".

Selon Angela Merkel, ce compromis constitue donc un "grand succès" par rapport aux réticences américaines envers tout engagement climatique trop ambitieux dont seraient exonérés les pays émergents tels que la Chine. Toutefois, ce résultat a laissé sur leur faim certains participants au sommet, à commencer par Nicolas Sarkozy ou encore les ONG qui espéraient de plus amples concessions de la part de Washington.

Ces derniers jours, l'Union européenne, récemment ralliée par le Japon et le Canada, plaidaient pour que le communiqué final fasse mention de l'objectif d'une réduction des rejets carbonés de moitié d'ici à 2050. Mais les Etats-Unis s'opposaient à faire figurer de tels engagements dans ce communiqué. La semaine dernière, le président Bush a même lancé une initiative en faveur d'une grande négociation réunissant les 15 plus gros émetteurs du monde pour parvenir d'ici à 2009 à un nouvel accord contre le réchauffement.

"Plus personne ne peut échapper à cet engagement politique (...) c'est un immense pas en avant", a claironné la chancelière à la télévision allemande. Pour elle, le compromis de Heiligendamm constitue un "signal fort" dans la perspective de la conférence des Nations Unies qui se tiendra à Bali (Indonésie) en décembre sur les suites à donner au Protocole de Kyoto dont la première phase d'engagement expire fin 2012, s'est félicité la chancelière.
Le G8 s'est également mis d'accord pour achever la négociation qui débutera à Bali "en 2009". Il y aura "un début clair et une fin claire" en 2009, a-t-elle affirmé. Même optimisme pour Tony Blair, le Premier ministre britannique et plus proche allié de Bush à Heiligendamm: "L' Amérique a parcouru un long chemin", a t-il commenté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :