La faiblesse du dollar fait les affaires de Nike

 |   |  442  mots
Le leader mondial des articles de sport a accru de plus de 10% son bénéfice et ses ventes au deuxième trimestre de son exercice (clos en novembre). Ses résultats meilleurs que prévu ont été obtenus grâce au dollar faible mais aussi à une hausse des ventes sur un marché américain pourtant morose.

Le numéro un mondial des articles de sport connu pour sa marque phare Nike mais également pour Converse et depuis peu Umbro, a fait état d'un bénéfice net de 359,4 millions de dollars, soit ,071 dollar par action, au titre de son deuxième trimestre fiscal clos au 30 novembre. De son côté, le chiffre d'affaires s'inscrit à 4,34 milliards de dollars, soit une hausse de 14%. Sur cette progression, les effets de changes ont joué pour 4%. Autre satisfiaction pour le groupe: il a réussi à améliorer sa marge à 44,3% contre 43,4% un an plus tôt, et ce malgré la baisse des ventes observée au sein des centres commerciaux américains.

Ses résultats sont meilleurs que prévu: les analystes du consensus Reuters Estimates tablaient en moyenne sur un bénéfice par action de 0,66 dollar pour un chiffre d'affaires de 4,22 milliards de dollars. Les ventes ont augmenté de 7% aux Etats-Unis (et de 19% sur l'ensemble du continent américain), de 18% en Europe et de 17% dans la région Asie-Pacifique.

Nike a aussi annoncé que ses commandes pour la période décembre 2007-avril 2008 s'élevaient à 6,5 milliards de dollars, soit 13% de plus que pour les commandes enregistrées pour la même période l'an dernier, dont 3% grâce aux effets de changes. Par région, les commandes pour les Etats-Unis sont en hausse de 1%, pour la région Europe/Moyen-Orient/Afrique de 19%, pour l'Asie de 24% et pour les Amériques (hors USA) de 21%.

Le directeur financier de Nike, Don Blair, a indiqué qu'il s'attendait à ce que la croissance des bénéfices se situe entre 10 et 15% au cours du deuxième semestre de l'exercice fiscal 2008. Selon lui, la faiblesse du dollar aura un impact positif sur les résultats.

Nike a précisé avoir décidé de revendre deux petites marques jugées non-stratégiques. Il a déjà revendu en novembre la marque Starter (équipements de sports) pour 60 millions de dollars, et cherche toujours un repreneur pour sa marque Bauer Hockey (équipements de hockey). Le groupe vient par ailleurs de conclure fin octobre le rachat en cash du britannique Umbro, pour l'équivalent de 570 millions de dollars. Une opération qui le renforce sur le marché du football où, grâce à Umbro, il rattrapera son concurrent Adidas. Nike et Adidas détiennent désormais chacun environ un tiers du marché mondial des articles de foot.

L'annonce de ses bons résultats a profité au titre Nike. Dans le cadre des transactions post-séance, le titre du groupe américain s'est offert plus de 3% à 66 dollars après avoir clôturé à 63,75. Depuis le début de l'année, il gagne près de 29%

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :