L'euro passe brièvement au-dessus de 1,3530 dollar

 |   |  340  mots
La monnaie européenne a touché un nouveau plus haut depuis janvier 2005 et ce avant la tenue d'une réunion des ministres des Finances du G7.

L'euro a dépassé vendredi matin temporairement le seuil des 1,3530 dollar sur le marché des changes, pour la première fois depuis janvier 2005. Vers 9h30 à Paris, l'euro s'échangeait à 1,3529 dollar, contre 1,3480 dollar la veille au soir. La devise européenne avait dépassé la barre des 1,35 dollar jeudi après-midi, puis une nouvelle fois dans la nuit de jeudi à vendredi.

La nouvelle envolée de l'euro intervient après la décision de la BCE de laisser inchangé le loyer de l'argent à 3,75%. Jean-Claude Trichet, le président de la Banque centrale européenne, en estimant que la politique monétaire restait accommodante à ce niveau, a laissé implicitement ouverte la perspective d'un nouveau relèvement des taux d'intérêt en juin prochain. Pour CM-CIC Securities "ceci a contribué à pousser l'euro à plus de 1,35dollar. Au-delà, on se demandera si la hausse programmée de juin sera bien la dernière, alors que les perspectives de croissance s'améliorent: en Allemagne, les 5 Instituts ont revu leurs prévisions de croissance en hausse à 2,5% pour cette année".

Cette nouvelle flambée de l'euro devrait alimenter une partie des discussions qui doivent se tenir aujourd'hui et demain à Washington à l'occasion du G7. Et elle pourrait aussi venir rebondir dans le débat présidentiel. Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal critiquent régulièrement le niveau de l'euro et par extension la politique de la BCE.

La hausse de l'euro ne menace pas la croissance, selon le FMI
Le chef du département Europe du Fonds monétaire international (FMI), Michael Deppler, a affirmé dans un entretien au journal allemand Financial Times Deutschland sur Internet que la hausse récente de l'euro ne constituait pas "une menace pour la reprise" de l'activité économique en Europe, soulignant que "la valorisation de l'euro est toujours juste". En marge de la réunion de printemps du FMI à Washington, Michael Deppler a toutefois précisé "que si le taux de change de l'euro devait évoluer nettement, il faudrait bien sûr que la politique monétaire en tienne compte".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :