L'euro bat un nouveau record à 1,3787 dollar

 |   |  430  mots
En Asie, l'euro a atteint ce mercredi un nouveau record historique face au dollar à 1,3787 dollar. Mardi, l'euro avait franchi, le seuil de 1,37 dollar pour la première fois depuis sa création, face à un billet vert miné par les perspectives économiques et monétaires américaines. De son côté, le prix du pétrole est à son niveau le plus élevé en onze mois.

Historique! Pour la première fois depuis sa création, l'euro a franchi mardi le seuil de 1,37 dollar. Vers 23 heures (Paris), l'euro valait 1,3745 dollar contre 1,3625 dollar lundi à la même heure. Au cours de la journée il a même grimpé jusqu'à 1,3746 dollar. Par contre, face au yen, la devise européenne était en baisse à 167,47 yens. Ce mercredi matin, la tendance se poursuit. En Asie, l'euro atteint un nouveau record historique face au dollar à 1,3787 dollar.

Le billet vert pâtit des craintes de voir les problèmes du crédit immobilier à risque ("subprime" en anglais) se propager à l'ensemble du secteur financier aux Etats-Unis. Le dollar souffre également de perspectives de taux d'intérêt défavorables: la remontée des taux en Europe et au Royaume-Uni, alors qu'ils stagnent depuis un an aux Etats-Unis, incite les investisseurs, à la recherche de meilleurs rendements financiers, à acheter de l'euro aux dépens du dollar.

Par ailleurs, le discours prononcé par Ben Bernanke n'était pas de nature à faire bouger le marché. L'inflation réagit moins qu'avant aux fluctuations des prix du pétrole, a estimé le président de la Réserve fédérale (Fed), qui a expliqué ce phénomène par les attentes d'inflation mieux contenues aujourd'hui qu'il y a vingt-cinq ans.

Les prix du pétrole ont également progressé mardi, atteignant de nouveaux plus hauts depuis onze mois, dopés par un regain d'inquiétudes géopolitiques et par les craintes entourant le niveau de l'offre d'essence aux Etats-Unis. Les prix restent soutenus aussi par l'inquiétude sur les approvisionnements en essence outre-Atlantique. Le Brent a poursuivi mardi, avec un gain de 0,62 dollar le baril, son rally qui dure depuis deux semaines sur fond de
fermeté de la demande et d'incertitudes sur l'offre en provenance du Nigeria et de mer du Nord. Il s'est ainsi
rapproché un peu plus près encore de son record historique de 78,65 dollars, qui tient depuis août dernier.
Ce mercredi matin en Asie, le Brent de la mer du Nord reste ferme même s'il cède 0,16% (0,12 dollar) à 76,28 dollars le baril, tandis qu'à la même heure, le brut léger américain recule de 0,19% (0,14 dollar) à 72,67.

Le marché attend à présent la publication mercredi à 16 heures (Paris) du rapport hebdomadaire du département américain de l'Energie. Les analystes tablent sur des chiffres qui pourraient partiellement rassurer le marché. Les réserves d'essence, inférieures de 4,2% à leur niveau de l'an dernier à la même époque, sont néanmoins jugées inquiétantes en cette période de grands déplacements automobiles aux Etats-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :