Sarkozy plaide en faveur d'une politique industrielle européenne

Le président de la République a appelé de ses voeux samedi "une vraie politique industrielle européenne" face à la concurrence de la Chine et des Etats-Unis. Il demande à ces pays la réciprocité "en matière d'accès au marché" intérieur.

Le président de la République ne veut pas passer pour un chantre du libéralisme. En visite au salon du Bourget samedi, il a prôné la mise en place d'une "vraie politique industrielle européenne" face à la concurrence de pays comme la Chine et les Etats-Unis. "C'est un devoir d'avoir une politique industrielle, de faire des choix à long terme", affirmé Nicolas Sarkozy.

Outre une politique industrielle à 27, Nicolas Sarkozy réclame la "réciprocité au Etats-Unis et à la Chine en matière d'accès au marché" intérieur. "La naïveté c'est fini, la réciprocité ça commence", a affirmé le chef de l'Etat en s'adressant indirectement à ses partenaires européens. Récusant "une approche idéologique qui fait de la concurrence une fin en soi", il estime qu'"on ne peut plus continuer à imposer le dumping social, environnemental, fiscal, monétaire".

"Nous n'avons pas créé la deuxième monnaie du monde pour qu'on ne puisse plus construire un avion sur le territoire de l'Europe", a insisté le chef de l'Etat, qui poursuit ainsi son offensive diplomatique sur la scène européenne après l'accord à 27 sur les institutions. Nicolas Sarkozy souhaite notamment la possibilité pour l'Europe d'avoir des "dérogations" en matière de fiscalité selon que les produits sont ou non fabriqué sur son sol, rappelant que "les Etats-Unis ne sont pas gênés de (le) faire".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.