British Airways prêt à participer à la course au rachat d'Iberia

 |   |  369  mots
La compagnie britannique, qui possède 10% du capital d'Iberia, pourrait participer à la création d'un consortium avec des fonds d'investissement pour racheter le transporteur aérien hispanique.

British Airways (BA)pourrait participer à la course à la reprise de sa partenaire Iberia, dans laquelle elle possède 10% de son capital Alors que la compagnie espagnole cherche à s'adosser à un grand transporteur européen, British Airways a annoncé ce matin qu'elle a avait approché un certain nombre de fonds d'investissement pour examiner avec eux la possibilité de faire une offre en consortium sur Iberia.

British Airways refuse donc de lancer une offre indépendante. Surtout, en créant un consortium qui regrouperait "vraisemblablement" un ou deux partenaires espagnols, la compagnie britannique apporterait dans la corbeille ses 10% du capital d'Iberia. Elle ne veut pas investir davantage dans Iberia. Les deux compagnies sont partenaires dans l'alliance Oneworld (BA, Ibera, American Airlines...)..

Cette annonce intervient alors que le fond d'investissement Texas Pacific Group (TPG), le 30 mars, a fait une offre sur le capital d'Iberia à 3,60 euros l'action, valorisant la compagnie espagnole à 3,4 milliards d'euros. La presse espagnole a déjà fait état d'une possible alliance entre TPG et British Airways. Il est clair que British Airways entend sauvegarder à moindre frais son joint-venture avec Iberia entre l'Espagne et la Grande-Bretagne. Surtout, cela lui permettrait de voir Iberia convoler avec ses concurrents comme Lufthansa qui, bien qu'intéressée par Iberia, butte sur le prix d'une telle opération. Toutefois, aucune décision n'est prise. British Airways précise en effet qu'elle continue d'examiner les nombreuses options quant à l'avenir de ses 10% dans Iberia, dont une vente complète.

Iberia a de nombreux atouts. C'est une compagnie très bien gérée, présente sur un marché important l'(Espagne) et quasiment "mono-produit" sur le long-courrier en étant très fort sur l'Amérique latine. Aussi, tout concurrent qui mettrait la main sur Iberia, renforcerait ses positions sur l'Amérique du Sud et pourrait attirer sur ses vols via ses aéroports de correspondances, les passagers espagnols voulant se rendre vers d'autres destinations long-courriers non desservies par Iberia, comme l'Asie.
Egalement très puissant sur l'Amérique latine, Air France-KLM serait probablement obligée, si elle s'emparait d'Iberia, de lâcher des créneaux horaires à la concurrence. En effet, un tel ensemble représenterait près de 40% de parts de marché entre l'Europe et l'Amérique latine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :