La Chine ouvre plus largement son marché boursier à l'étranger

 |   |  394  mots
Pékin va tripler les quotas d'investissements en bourse attribués aux investisseurs institutionnels étrangers qualifiés.

La Chine a fait un nouveau geste à l'égard de la communauté financière internationale alors que s'est ouverte la nouvelle session du Dialogue économique stratégique avec les Etats-Unis: elle a confirmé une plus grande ouverture de ses places boursières aux investisseurs institutionnels étrangers qualifiés. Comme convenu lors de la deuxième édition du Dialogue stratégique en mai, la Chine va tripler leurs quotas d'investissements et les porter à 30 milliards de dollars. L'administration d'Etat des changes - la SAFE - n'a cependant pas indiqué quand ces nouveaux quotas seraient attribués aux investisseurs.

Nombre d'observateurs estiment néanmoins que le moment n'est pas opportun, alors qu'enfle la bulle du prix des actifs que l'arrivée de capitaux investis en Bourse, risque d'envoyer vers de nouveaux sommets. Ils estiment que l'annonce de la Chine vise à éviter de nouvelles pressions durant le dialogue sur cette question.

Washington réclame de longue date une ouverture du secteur financier en Chine. Lundi matin à Pékin, le secrétaire d'Etat américain au Commerce, Carlos Gutierrez, a plaidé pour davantage d'ouverture dans tous les domaines: "l'ouverture est au coeur de notre relation future. Maintenir l'ouverture n'est pas facile, mais nécessaire". "L'Amérique et la Chine doivent travailler ensemble pour enrayer la vague montante du sentiment protectionniste dans nos deux Nations", a-t-il ajouté.

Mais, en matière financière, Pékin procède prudemment, redoutant l'afflux de capitaux alors que la liquidité abonde déjà, ainsi que l'argent spéculatif. Davantage d'investissements étrangers dans des actions en yuans risqueraient aussi d'accroître la demande pour la monnaie chinoise, qui se retrouverait sous fortes pressions haussières, alors qu'elle s'est déjà appréciée de plus de 10% face au dollar depuis la mi 2005.

En matière de liquidités, la banque centrale chinoise a également annoncé qu'elle allait augmenter le ratio des réserves obligatoires pour les banques commerciales d'un point à 14,5%, un niveau record, à compter du 25 décembre prochain, pour contrôler la croissance excessive du crédit. Cette augmentation des réserves obligatoires, la dixième cette année, était largement attendue en raison de la vigueur de la croissance économique chinoise et de la hausse de l'inflation. La semaine dernière, la Chine avait d'ailleurs décidé d'adopter pour 2008 une politique monétaire plus stricte pour tenter de prévenir l'emballement de son économie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :