La dépréciation de sa flotte creuse les pertes d'Alitalia

La compagnie aérienne italienne Alitalia a annoncé mercredi avoir déprécié de 197 millions d'euros la valeur de sa flotte, ce qui réduit la valeur totale de l'entreprise juste avant sa privatisation et creuse son déficit annuel.

1 mn

La perte nette d'Alitalia pour 2006 s'élève désormais à 626 millions d'euros, en tenant compte de la dépréciation de sa flotte, soit 458 millions de plus que sa perte nette pour 2005. Ces résultats étaient attendus, Alitalia avait déjà fait état d'une perte avant impôts de 146,5 millions d'euros au titre du premier trimestre 2007.

La compagnie aérienne précise qu'au vu de ses pertes, elle allait convoquer une assemblée générale extraordinaire d'actionnaires le 26 juin, et si nécessaire le 27 juin, pour aborder la situation.

Cette nouvelle pourrait arriver à un mauvais moment pour le gouvernement italien. Celui-ci veut en effet vendre sa participation de 49,9% dans la compagnie aérienne nationale et a sélectionné trois candidats qui doivent soumettre des offres de rachat fermes d'ici le 2 juillet. Mais, la législation italienne prévoit qu'une perte dépassant l'équivalent d'un tiers de la capitalisation boursière d'un groupe peut rendre nécessaires des injections de capitaux.

Ces nouveaux éléments après dépréciation sont publiés la veille de l'accès des candidats aux comptes d'Alitalia, le 24 mai. Les trois candidats sont le consortium constitué par Aeroflot et la banque italienne UniCredit, celui des fonds américains Matlin Patterson Global Advisers et Texas Pacific Group (TPG), ainsi que celui d'AP Holding, la holding du patron de la compagnie aérienne privée italienne Air One, Carlo Toto, avec Intesa-Sanpaolo.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.