Thales : la Grande-Bretagne et la France devraient partager la construction de leurs porte-avions

 |   |  259  mots
Le PDG du groupe d'électronique professionnelle français Thales, Denis Ranque, a proposé au gouvernement britannique que les deux pays se partagent la construction des porte-avions de nouvelle génération afin de réduire les coûts de fabrication.

Le PDG du groupe d'électronique professionnelle français Thales, Denis Ranque, a proposé au gouvernement britannique que les deux pays se partagent la construction des porte-avions de nouvelle génération afin de réduire les coûts de fabrication. Dans une interview au Financial Times paru ce lundi, Denis Ranque estime: "construire des navires en commun serait dans le plus grand intérêt pour les contribuables britanniques et français".

Des responsables français, restés anonymes, ont indiqué que la Grande-Bretagne était "favorable" à la proposition de Thales. Alors que la France envisage la construction d'un second porte-avions et la Grande-Bretagne de deux, le PDG de Thales a déclaré que les deux pays devraient joindre leur forces et fusionner leurs projets respectifs en un seul plan commun prévoyant la construction de trois porte-avions.

Il a proposé que la France prenne en charge environ un tiers de la construction de chaque porte-avion et la partie britannique les deux autres tiers, une démarche vraisemblablement destinée à apaiser les susceptibilités du plus important groupe de défense britannique BAE Systems, le principal constructeur de navires de guerre. "Si on peut trouver un moyen pour stimuler l'industrie, si une part des économies va à l'industrie elle-même, je ne vois pas pourquoi nos amis de BAE Systems n'opteraient pas pour cette solution", estime encore le PDG de Thales.

Denis Ranque a toutefois admis qu'il pouvait y avoir des oppositions à ses propositions dues en partie à l'héritage maritime de la Grande-Bretagne. "Au Royaume-Uni, la marine c'est sacré", ajoute-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :