Norsk Hydro : résultats trimestriels mitigés

 |   |  425  mots
Le conglomérat norvégien Norsk Hydro présent dans le pétrole et l'aluminium et dont le nom est évoqué pour la reprise d'Alcan publie ce jeudi un bénéfice net en hausse de 13% pour le premier trimestre grâce à un allègement de la charge fiscale. Mais son résultats opérationnel accuse une baisse de plus de 12%.

En cours de recentrage sur son activité aluminium, le groupe annonce ce jeudi un bénéfice net de 5,49 milliards de couronnes (673,9 millions d'euros) contre 4,86 milliards un an plus tôt. "Les résultats nets trimestriels ont été positivement affectés par une charge fiscale moindre que lors des trimestres précédents", explique Norsk Hydro dans son communiqué. Cet élément fiscal reflète "la part croissante des bénéfices tirés de l'aluminium et des activités internationales dans le pétrole et le gaz naturel moins taxés" que la seule exploitation d'hydrocarbures en Norvège, où le taux d'imposition est de 78% dans ce secteur, précise le groupe.

En revanche, du seul point de vue opérationnel, les performances sont en retrait sur un an: le bénéfice d'exploitation a accusé une baisse de 12,1%, à 14,82 milliards contre 16,87 milliards, essentiellement sous l'effet du reflux du prix des hydrocarbures. Ce chiffre est néanmoins supérieur aux attentes des analystes cités par l'agence TDN Finans, qui tablaient sur un résultat d'exploitation de 13,82 milliards.

A 15,58 milliards, le bénéfice imposable est également en retrait par rapport au trimestre de comparaison (17,53 milliards) mais très supérieur au consensus (14,57 milliards). Le chiffre d'affaires ressort à 48,57 milliards contre 53,05 milliards au premier trimestre 2006, et 50,45 milliards attendus par les analystes.

"Je suis ravi de pouvoir afficher une hausse de nos résultats dans nos deux principaux secteurs d'activité dans l'aluminium", commente Eivind Reiten, le directeur général de Norsk Hydro, évoquant l'amont (production brute d'aluminium) et l'aval (produits finis). Ceci "fournit une base solide pour une poursuite de notre croissance en tant que producteur mondial d'aluminium", poursuit ce dernier dans le communiqué.

Ayant décidé de se concentrer sur ce seul secteur, Norsk Hydro est en train de céder ses hydrocarbures à son compatriote Statoil, une opération qui devrait être bouclée au troisième trimestre, et vient de se séparer de sa pétrochimie, vendue au chimiste britannique Ineos pour 5,5 milliards de couronnes. Selon le journal canadien The Globe and Mail de lundi, Norsk Hydro, détenu à 43,8% par l'Etat norvégien, aurait maintenant des vues sur le fabricant canadien d'aluminium Alcan, déjà convoité par l'américain Alcoa, ce qui pourrait se traduire par une offre de plus de 30 milliards de dollars américains. Norsk Hydro a jusqu'à présent refusé de commenter ces "spéculations". Les analystes norvégiens considèrent toutefois une telle offre improbable, Alcan pesant plus de deux fois plus que le groupe norvégien dans l'aluminium.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :