Premier président de la Russie, Boris Eltsine est mort ce lundi

 |   |  460  mots
"Figure historique" pour les Etats-Unis, "destin tragique" pour Mikhaïl Gorbatchev, Boris Eltsine est décédé ce lundi. Après avoir accédé au pouvoir en 1991, le premier président de la Russie a vu son image ternie par la guerre en Tchétchénie et la pauvreté du pays après le bouleversement du régime.

Une figure mitigée. Boris Eltsine, fossoyeur de l'Union soviétique et premier président russe démocratiquement élu, est mort ce lundi à l'âge de 76 ans, a fait savoir le Kremlin. Selon des sources médicales citées par les agences de presse russes, il a succombé à une crise cardiaque. La Maison Blanche a qualifié l'ancien président Eltsine, à qui la perestroïka servit de tremplin vers le pouvoir, de "figure historique" et a présenté ses condoléances à sa veuve.

"J'exprime mes très sincères condoléances à la famille du défunt, qui porte la responsabilité d'événements majeurs pour le bien du pays, ainsi que de graves erreurs", a de son côté déclaré Mikhaïl Gorbatchev, dernier président de l'Union soviétique, évoquant "un destin tragique". Né le 1er février 1931, Eltsine souffrait de problèmes cardiaques récurrents. Très attaché au titre de premier président de Russie, il a occupé ce poste de 1991 à 1999.

De nombreux Russes l'avaient initialement considéré comme un héros pour avoir mis fin à soixante-dix années de régime communiste. Mais la "thérapie de choc" administrée sous sa présidence à l'économie russe avait jeté dans un premier temps des millions de ses concitoyens dans la pauvreté. Parallèlement, ses proches se partageaient les dépouilles de l'ancienne économie collectiviste du pays.

La première guerre de Tchétchénie, en 1994-96, et l'humiliation de l'ex-armée rouge avaient également entâché l'image de l'homme qui, à l'été 1991, s'était hissé sur un char pour mener l'opposition à une tentative de putsch.
Originaire de la région de Sverdlovsk (l'actuelle Ekatérinbourg), dans l'Oural, où il était né le 1er février 1931, Eltsine avait fait ses premiers pas en politique en 1976 en devenant secrétaire régional du parti communiste de Sverdlovsk.

En juin 1991, il avait été élu président de la Fédération de Russie et demandé la démission de Mikhaïl Gorbatchev, avec 57% des suffrages. Dès l'automne, lors de la rencontre de la forêt de Biélojev, près de Minsk, il signe avec l'Ukraine et la Biélorussie un traité dissolvant l'URSS. Fin décembre, l'Union soviétique avait disparu. En 1992, il a été invité à participer au sommet du G 7 à Munich, instance regroupant les pays les plus développés de la planète, qui s'est transformée ensuite en G 8 en incluant la Russie qui avait définitivement choisi la voie de l'économie de marché.

A partir de 1995, sa santé s'était détériorée. Le 31 décembre 1999, il avait brutalement démissionné, accompagnant sa décision d'une lettre d'excuses pour ses erreurs, et transmis ses pouvoirs à Vladimir Poutine, ancien espion du KGB.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :