Turquie : les islamistes obtiennent la majorité absolue

Le parti au pouvoir en Turquie, issu de la mouvance islamiste a remporté une large victoire dimanche lors des élections législatives. Le Parti de la justice et du développement (AKP) du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan obtient la majorité absolue au Parlement.

Le parti au pouvoir en Turquie, issu de la mouvance islamiste, a remporté une large victoire aux législatives de dimanche face à l'opposition pro-laïque, selon des résultats non officiels annoncés dimanche soir par les télévisions CNN-Türk et NTV.

Le Parti de la justice et du développement (AKP) du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan (53 ans) recueille 46,3% des voix après dépouillement de 99,9 % des bulletins et obtient la majorité absolue au Parlement, selon les mêmes sources. Il est suivi par le principal parti d'opposition pro-laïque, le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate) qui recueille 20,9% des suffrages (112 députés). Le Parti de l'action nationaliste (MHP, nationaliste), qui a des positions dures contre l'Union européenne arrive en troisième position avec 14,2% des voix (71 députés), ce qui lui permet de retourner au Parlement.

Les projections faites par les chaînes montrent que l'AKP détiendra 339 sièges au Parlement qui en compte 550 au total. Ce résultat permettrait à l'AKP de former seul le nouveau gouvernement.Aux législatives de 2002, il avait recueilli 34% des voix, ce qui lui avait donné 351 députés mais ce chiffre devrait être moins important avec l'arrivée du MHP, ainsi que celle de 28 "indépendants", dont 24 députés pro-Kurdes, selon les télévisions.
Les résultats officiels ne devraient pas être publiés avant plusieurs jours.

Dans une première réaction, Recep Tayyip Erdogan s'est engagé à respecter les "principes fondateurs" de la République, dont le premier est la laïcité. Les quelque 42 millions d'électeurs turcs avaient le choix entre reconduire le parti au pouvoir, soutenu par les classes populaires et les milieux d'affaires, pour un deuxième mandat ou soutenir des formations favorables à une stricte laïcité de l'Etat.

Ce scrutin anticipé est censé dénouer la crise politique qui a éclaté au printemps entre Erdogan et les pro-laïcs, dont l'armée, qui soupçonnent le gouvernement de chercher à islamiser en catimini le pays. Erdogan a été contraint d'avancer les législatives prévues en novembre après avoir échoué à imposer au Parlement son candidat à la présidence, le chef de la diplomatie Abdullah Gül, ex-figure de la mouvance islamiste.L'armée, qui a fait tomber quatre gouvernements depuis 1960, avait aussi lancé une mise en garde contre toute atteinte à la laïcité, essence même de la nation fondée en 1923 par Mustafa Kemal Atatürk et peuplée officiellement à 99% de musulmans.
Il n'est cependant pas certain que le scrutin règle la crise qui pourrait resurgir lors de l'élection du président par le nouveau Parlement, si l'AKP refuse de présenter un candidat de compromis.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.