Une pandémie de grippe aviaire pourrait tuer jusqu'à 7 millions de personnes

 |   |  280  mots
Entre 2 et 7 millions de morts, 200 milliards de dollars de coût pour l'économie mondiale, telles pourraient être les conséquences d'une pandémie de grippe aviaire à l'échelle de la planète, selon l'OMS. Selon l'agence de l'ONU, l'abattage des volailles reste pour l'heure la mesure de prévention la plus efficace.

L'économie mondiale pourrait souffrir à hauteur de 200 milliards de dollars en cas de pandémie de grippe aviaire, a prévenu ce mardi l'Organisation mondiale de la santé (OMS). "Le risque pandémique du virus H5N1 est grand et perdure", a précisé Jean-Marc Olive, représentant de l'OMS aux Philippines, à l'occasion d'un forum sur la grippe aviaire à Manille.

D'après les expériences précédentes, Jean-Marc Olive estime qu'une pandémie pourrait frapper 1 milliard de personnes et occasionner entre 2 et 7 millions de morts. Le PIB de l'Asie pourrait chuter de 3% et l'économie mondiale reculer de 0,5%.

L'OMS et la FAO (organisation de l'ONU pour l'agriculture et l'alimentation) travaillent avec les pays affectés par la grippe aviaire pour prévenir une répétition de la grippe espagnole qui avait tué quelque 50 millions de personnes en 1918-1919. Les chercheurs estiment que le virus de la grippe espagnole est très voisin de celui du H5N1.

"Il y a une fenêtre d'opportunité pour préparer une réponse rapide et contenir le phénomène, et pour éviter un scénario catastrophe", a estimé Jean-Marc Olive, selon qui une pandémie peut être évitée grâce à des mesures radicales comme celle (l'abattage de toutes les volailles) adoptée par Hong Kong en 1997, après la mort de sept personnes.

La grippe aviaire a fait 172 morts depuis sa résurgence fin 2003, principalement en Asie. Les contaminations sont pour l'instant largement limitées aux contacts entre des volailles et l'homme mais les experts craignent que le virus mute en une souche plus facilement transmissible entre humains, ce qui pourrait provoquer une pandémie à l'échelle planétaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :