Résultats contrastés en 2006 pour Sanofi-Aventis

 |   |  448  mots
Le groupe pharmaceutique a dégagé en 2006 un résultat net ajusté de 7,04 milliards d'euros en hausse de 11,1%, malgré un quatrième trimestre difficile. L'autorité américaine de la santé a prolongé de trois mois supplémentaires l'examen de la demande d'enregistrement de l'Acomplia, l'un des nouveaux médicaments jugés les plus prometteurs par Sanofi-Aventis.

Bilan contrasté pour Sanofi-Aventis. Le groupe pharmaceutique français a dégagé en 2006 un résultat net ajusté en progression de 11,1% à 7,04 milliards d'euros et un bénéfice net par action en hausse de 10,3% à 5,23 euros, soit largement supérieur à ses objectifs, selon un communiqué publié ce mardi matin. Fortement concurrencé par un générique du Plavix aux Etats-Unis, le groupe avait abaissé en septembre sa prévision de croissance du BNPA de 12% à 2%.

Moins satisfaisant a été son quatrième trimestre: Sanofi enregistre en effet une baisse de son résultat net ajusté de 4,6% à 1,377 milliard d'euros, à cause de ce générique développé par le canadien Apotex.

Pour 2007, le laboratoire prévoit "sauf évènements adverses majeurs" notamment concernant le Lovenox et le Plavix "une croissance du BNPA ajusté hors éléments particuliers du même ordre de grandeur que celle de 2006" et ce malgré la fin de plusieurs brevets.

Parmi les évenements adverses majeurs, le groupe va devoir patienter encore pour voir son médicament Acomplia enfin autorisé sur le marché américain. Le laboratoire français a annoncé lundi soir que la Food and Drug Administration (FDA), l'autorité américaine de la santé, avait prolongé de trois mois l'examen de sa demande d'enregistrement du rimonabant (Acomplia), l'un de ses nouveaux médicaments jugés les plus prometteurs.

La période de revue du dossier est ainsi étendue jusqu'au 26 juillet, précise le laboratoire français dans son communiqué. Sanofi espérait initialement être en mesure de commercialiser l'Acomplia sur le marché américain au deuxième trimestre 2006. Mais la FDA lui a déjà demandé l'an dernier un complément d'information, ce qui a reporté dans un premier la date initiale de fin de la revue au 26 avril de cette année.

L'Acomplia, en vente en Europe depuis l'été dernier, est l'un des projets phares du groupe, qui estime que ce médicament pourrait, à terme, générer un chiffre d'affaires supérieur à trois milliards de dollars par an. Les autorités européennes de la santé ont donné leur feu vert au médicament à condition que son administration soit accompagnée d'un régime et d'exercices physiques chez les patients atteints d'obésité ou de surpoids ainsi que de risques associés, comme le diabète de type 2.

Le groupe pharmaceutique précise avoir déposé lundi auprès de la FDA le rapport de l'étude clinique Serenade dans le cadre de sa demande de mise sur le marché. Il avait présenté en décembre les résultats de cette étude démontrant selon lui les effets bénéfiques de l'Acomplia chez les patients atteints de diabète de type 2.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :