Sarkozy critique la gestion monétaire chinoise et plaide pour une mondialisation "encadrée"

 |   |  297  mots
Pour son premier sommet du G8, le président français s'est exprimé devant ses pairs. Il souhaite que Pékin normalise la gestion de sa monnaie et milite pour encadrer la mondialisation qui "crée la croissance et l'emploi".

En marge du sommet du G8, Nicolas Sarkozy a critiqué ce jeudi matin le gouvernement chinois pour la lenteur de l'appréciation de sa devise, le yuan. Il l'a aussi exhorté à ouvrir davantage son marché intérieur et à faire des concessions dans le cadre des négociations commerciales du cycle de Doha. Alors qu'il participe à son premier sommet, le président français a tancé "la gestion politique de sa devise" par la Chine, a-t-on rapporté dans l'entourage du chef de l'Etat français. "Nous avons besoin des mêmes règles pour tous", a insisté Nicolas Sarkozy en incitant Pékin à normaliser le mécanisme de change du yuan.

Devant ses pairs du G8, le président français a aussi plaidé pour mieux encadrer la mondialisation afin d'éviter qu'elle soit "caricaturée" par les altermondialistes particulièrement forts en Europe. "Il faut se donner des règles pour éviter que la mondialisation soit caricaturée notamment par les opinions publiques", a-t-il dit selon une source française. Il a ainsi rappelé sa volonté d'interdire les "golden parachutes" aux patrons qui ont échoué et a affirmé, en référence aux fonds spéculatifs, que "la spéculation, c'est la caricature de la mondialisation".

Pour autant, Nicolas Sarkozy s'est dit surpris "par le sentiment anti-mondialisation, alors que la mondialisation crée la croissance et l'emploi". Il a estimé que "ceux-là même qui croient à la liberté et à la concurrence doivent se montrer plus offensifs". Il a par ailleurs déclaré son "admiration" pour les réformes, "notamment du marché du travail", entreprises par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Japon et l'Allemagne. Le président a rappelé qu'il avait reçu "un mandat très clair des Français pour réformer profondément le pays".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :