Shell : stabilité des résultats 2006 en raison du Nigeria

 |   |  328  mots
Le groupe pétrolier britannique affiche un résultat net de 25,4 milliards de dollars, en hausse de 0,5% en raison des problèmes que rencontre le groupe au Nigeria. Les enlèvements à répétition sur ses installations ont incité la compagnie à revoir à la baisse sa prévision de production annuelle.

Le numéro deux mondial du pétrole Royal Dutch Shell annonce ce jeudi un bénéfice net record pour 2006, mais quasi stable par rapport à 2005, en raison d'une baisse de sa production liée notamment aux problèmes du groupe au Nigeria.

Le bénéfice net s'affiche en hausse de seulement 0,5% sur l'exercice, à 25,44 milliards de dollars, alors que le baril de pétrole s'est vendu en moyenne 10 dollars plus cher sur l'année comparé à 2005. Au quatrième trimestre, le bénéfice net a progressé de 21% à 5,28 milliards de dollars. En excluant les effets de stocks, il ressort en hausse de 11% à 6,02 milliards, soit au-dessus des attentes des analystes.

Le chiffre d'affaires annuel s'élève à 318,85 milliards de dollars, en hausse de 3,9% par rapport à 2005, mais la production a reculé de 1,3% à 3,473 millions de barils équivalent pétrole par jour. Au quatrième trimestre, la production a surpris les analystes en augmentant de 4% à 3,645 millions de barils par jour, une amélioration attribuée par Shell au redémarrage de la production sur la plate-forme Mars dans le Golfe du Mexique. Mais ses activités au Nigeria sont fortement perturbées depuis l'an dernier par des enlèvements à répétition sur ses installations, qui avaient incité la compagnie à revoir à la baisse sa prévision de production annuelle en juillet, de 3,5-3,6 millions à 3,4 millions de barils par jour.

Face à ces problèmes, Shell compte investir dans le gaz naturel liquéfié, l'exploration en eaux très profondes et les sables bitumeux, afin d'augmenter sa production de 2 à 3% par an sur le long terme. Il a relevé ses prévisions de dépenses pour 2007 de 21 à 22-23 milliards de dollars, financées en partie par neuf milliards de dollars de cessions d'actifs. Le groupe a récemment vendu sa raffinerie de Los Angeles et 250 stations-service pour 1,6 milliard de dollars. Il est en passe de racheter les minoritaires de sa filiale Shell Canada, spécialisée dans l'exploitation des sables bitumeux, pour 7,4 milliards de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :