Colony Capital prend le contrôle du pétrolier libyen Tamoil

 |   |  348  mots
La transaction annoncée ce mercredi porte sur 4 milliards de dollars. Tripoli conservera 35% du capital de la compagnie pétrolière active en Europe et en Afrique.

Nouveau signe de normalisation entre Washington et Tripoli ! Le gouvernement libyen va céder le contrôle de la compagnie pétrolière Tamoil au fonds d'investissement américain Colony Capital pour 4 milliards d'euros, dans le cadre de la privatisation de cette société, a annoncé Colony ce mercredi dans un communiqué.

Tamoil, connu également sous le nom de Oilinvest, société de droit néerlandais, possède 3.000 stations services en Europe, dont un grand nombre en Italie. Son réseau de distribution s'étend également en Afrique, où elle est présente en Egypte, au Burkina Faso, au Tchad, au Mali, au Niger et en Erythrée. Tamoil possède des raffineries en Italie, en Suisse, en Espagne, en Allemagne et aux Pays-Bas.

L'Etat libyen va conserver 35% du capital, a précisé Colony. Le contrat a été signé par le vice-Premier ministre libyen en charge du Pétrole, Abdel Hafiz Zlitni, et le président de Colony, Thomas J. Barrack. La Libye est le deuxième producteur de pétrole en Afrique, avec 1,7 million de barils par jour. Le pays possède également des réserves de gaz naturel estimées à 1,314 milliard de mètres-cubes.

Colony Capital, qui gère environ 28 milliards de dollars d'actifs dans le monde, a été particulièrement actif ces derniers temps, faisant en mars une entrée en force dans le capital du groupe français de grande distribution Carrefour, en partenariat avec Groupe Arnault. Il est également un actionnaire important du groupe hôtelier français Accor.

Cette transaction américano-libyenne n'est pas la première depuis la normalisation politique entre les deux pays. La compagnie nationale libyenne des hydrocarbures, la National Oil Corporation (NOC), a ainsi annoncé en avril un projet de partenariat avec le groupe chimique américain Dow Chemical. Une coopération en matière d'énergie nucléaire a également été évoquée mais démentie par Washington. La NOC a par ailleurs annoncé fin mai la signature prochaine d'un accord de 900 millions de dollars avec la compagnie pétrolière britannique BP dans l'exploration de gaz.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :