Le courtier TD Ameritrade doit fusionner avec un concurrent, selon deux hedge funds

 |   |  448  mots
Le numéro trois américain du courtage en ligne devrait chercher à se rapprocher d'E*Trade ou de Charles Schwab, selon les fonds spéculatifs Jana Partners et SAC Capital. Ces derniers revendiquent 8,4% du capital.

Le courtier en ligne TD Ameritrade a révélé mardi soir que deux fonds spéculatifs, Jana Partners et SAC Capital, étaient actionnaires à hauteur de 8,4% et le pressaient, dans un courrier du 29 mai, d'envisager une fusion avec l'un de ses rivaux, E*Trade ou Charles Schwab.

Les patrons des deux hedge funds, Barry Rosenstien et Steven Cohen, arguent qu'un rapprochement avec E*Trade pourrait générer 600 millions de dollars de synergies annuelles de coûts et de revenus. Mais ils considèrent que le premier actionnaire de TD Ameritrade, la banque canadienne Toronto-Dominion, qui possède 40% du capital, empêche ce type de rapprochement afin de préserver ses intérêts et sa stratégie aux Etats-Unis et se trouve ainsi dans une situation de "conflit d'intérêts intenable." Toronto-Dominion Bank, qui compte cinq sièges sur douze au conseil d'administration, avait obtenu ces titres en échange de la vente de son réseau de conseils en investissement TD Waterhouse USA en janvier 2006.

A l'ouverture sur le Nasdaq, l'action TD Ameritrade s'adjuge plus de 4%, portant sa valeur au-delà des 12 milliards de dollars. D'un poids boursier quasi équivalent, à 10,5 milliards de dollars, E*Trade, le numéro quatre du courtage, gagne de son côté plus de 3%. Charles Schwab, le leader du brokerage en ligne, valorisé 27 milliards de dollars, recule en revanche de 0,5%.

Le patron de TD Ameritrade, dont le siège se situe à Omaha, dans le Nebraska, Joe Moglia, a reconnu sur la chaîne CNBC mercredi tenir des discussions avec certains acteurs du secteur et envisager de les poursuivre. "Nous avons publiquement déclaré que nous étions intéressés par une fusion, au moment opportun et si possible la parfaite complémentarité stratégique" indique TD Ameritrade dans un communiqué. Et d'ajouter que la société étudie, avec sa banque conseil Merrill Lynch "régulièrement si d'éventuelles fusions ou acquisitions peuvent accroître notre stratégie de création de valeur."

Au cours des deux derniers mois, l'action de TD Ameritrade a bondi de 30% sous l'impulsion de spéculations de rapprochement avec E*Trade ou Charles Schwab. Le fondateur éponyme de ce dernier a déclaré le mois dernier qu'il considérait qu'une fusion de ces deux plus petits concurrents serait "saine pour le secteur." Un rapprochement de TD Ameritrade avec Charles Schwab pourrait générer 1 milliard de dollars de synergies à moyen terme selon les deux hedge funds. Mais un porte-parole de Schwab a fait savoir que le courtier n'était pas intéressé. En revanche, E*Trade a refusé tout commentaire. Son PDG avait laissé entendre il y a deux mois qu'il était enclin à participer à la concentration du secteur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :