Le PC réalise son plus mauvais score à l'élection présidentielle

 |   |  382  mots
Marie-George Buffet n'est pas parvenue à enrayer le déclin électoral communiste. Avec 1,8% seulement des suffrages, le parti fait les frais de la multiplicité des candidats à l'extrême gauche et du vote utile en faveur de Ségolène Royal.

Coup de massue au siège du Parti communiste. "Une catastrophe", "ce n'est pas possible"... La déception des militants qui s'empressent d'entonner l'Internationale le poing levé est à la hauteur de la faiblesse du score de Marie-George Buffet. Avec 1,8% des suffrages, celle qui briguait pour la première fois l'Elysée, réalise le plus bas score jamais enregistré par le PC lors d'une élection présidentielle, devancée par Oiivier Besancenot et même Philippe de Villiers.

"Le vote utile a joué en faveur de Ségolène Royal et même de François Bayrou", a-t-elle expliqué, lors d'une allocution au siège du PC. Le parti communiste a aussi fait les frais de la division de l'extrême gauche qui alignait pas moins de quatre candidats. Olivier Besancenot, candidat de la LCR, qui a réuni autour de sa candidature près de 4,3% des votes, semble bel et bien avoir repris le flambeau de la gauche anti-libérale. "Ces résultats ne sauraient traduire l'audience réelle du PC dans notre pays", veut pourtant croire Marie-George Buffet.

Les yeux sont tournés vers le second tour avec pour mot d'ordre de "battre la droite". Tout en se disant lucide sur les insuffisances du programme de Ségolène Royal, Marie-George Buffet a appelé "tous les hommes et les femmes de gauche à voter et à faire voter Ségolène Royal le 6 mai". "C'est vital pour notre peuple, continuons le combat", a-t-elle lancé avec émotion. "Nicolas Sarkozy est un homme dangereux pour nos droits sociaux et démocratiques, il a fait le choix de prendre les thèses de la droite et de l'extrême droite, il doit absolument être battu", a-t-elle poursuivi.

Le PC poursuit donc son déclin électoral de ces dernières années après les 3,37% de Robert Hue en 2002. Parviendra-t-il à se relever de cette nouvelle débâcle? Les regards sont également dirigés vers les législatives. Le parti, qui revendique près de 135.000 adhérents et 13.000 élus, compte sur l'ancrage local de ses 21 députés pour maintenir le groupe à l'Assemblée. Le PC pourrait aussi faire face à des difficultés financières. Seuls les candidats dépassant la barre fatidique des 5% de vote se voient rembourser la totalité de leurs frais de campagne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :