Microsoft va baisser les prix de Windows Vista

 |  | 335 mots
Lecture 2 min.
L'éditeur américain de logiciels a prévu de proposer des rabais allant de 30 à 80 dollars sur son système d'exploitation Vista lancé en janvier dernier.

Désireux de donner un coup de fouet aux ventes du dernier système d'exploitation maison, Microsoft a décidé de baisser les prix de vente de Windows Vista. Des remises seront effectuées sur les prix de vente au détail dans plus de 70 pays sur la prochaine actualisation du logiciel, baptisé Service Pack 1 (SP1), qui aura lieu plus tard dans l'année. "Nous prévoyons que ces changements vont nous apporter de meilleures opportunités (...) de vendre plus de copies de Windows", a déclaré Brad Brooks, un vice-président de Microsoft. Les baisses de prix varieront d'un pays à l'autre.

Aux Etats-Unis, Windows Vista Ultimate, la version haut-de-gamme, sera commercialisée 319 dollars contre 399 actuellement, et la version qui permet de mettre à jour son système (XP ou autre) sera proposée à 219 dollars (contre 259). La version de base, Vista Home Premium, passera de 159 à 129 dollars. Sur les marchés émergents, Microsoft va arrêter la commercialisation des versions "de mise à jour" de Vista parce que pour beaucoup de consommateurs, il s'agira du premier achat d'une authentique copie de Windows. A la place, le groupe vendra Vista Home Premium et Home Basic, une version réduite à l'essentiel.

Depuis son lancement en janvier 2007, Microsoft a vendu plus de 100 millions de licences Vista dans le monde. Son adoption a contribué aux bons résultats du groupe ces derniers trimestres. Mais pour le moment, les versions de Vista vendues en magasin et sur Internet représentent moins de 10% de l'ensemble des licences du système d'exploitation Windows, qui fonctionnent sur plus de 90% des PC dans le monde. Si dans le grand public, les ventes sont automatiquement boostées par les ventes de PC, sur lesquels Vista est pré-installé, la commercialisation auprès des entreprises est plus difficile, ces dernières hésitant à se lancer dans des mises à jour onéreuses. Cette annonce intervient au moment où une étude du cabinet NPD a révélé que le budget consacré aux logiciels aux Etats-Unis a baissé de 30% en janvier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :