Wall Street plonge après les chiffres de l'emploi américain

 |  | 617 mots
La Bourse de New York a plongé ce jeudi après les mauvais chiffres de l'emploi américain. Le Dow Jones perd 2,99% à 11.188 points, le Nasdaq recule de 3,20% à 2.559 points et le S&P 500 cède 3,31% à 1.233 points.

Les places new-yorkaises ont plongé ce jeudi, sous l'effet des inquiétudes sur l'état de santé de l'économie américaine. Les mauvais chiffres de l'emploi ont ravivé les craintes d'un ralentissement de la consommation et donc de l'activité. D'autant plus que deux membres de la Réserve fédérale ont averti que la croissance risquait d'être très faible aux Etats-Unis au second semestre.

Pourtant, l'activité dans les services aux Etats-Unis a légèrement progressé en août. L'indice ISM des directeurs d'achats s'est en effet affiché à 50,6 points le mois dernier, 50 points marquant la limite entre contraction et croissance de l'activité. Ce chiffre surpasse les attentes des analystes qui tablaient sur un léger repli du secteur, avec un indice ISM à 49,5 points, stable par rapport à juillet.

Mais les demandes hebdomadaires d'allocation chômage ont augmenté de façon inattendue la semaine dernière. Elles ont progressé de 15.000 pour s'établir à 444.000. Les analystes s'attendaient seulement à 420.000 inscriptions. Par ailleurs, le secteur privé américain a détruit 33.000 emplois en août après en avoir créée en 1.000 en juillet, selon les chiffres publiés ce jeudi par le cabinet en ressources humaines ADP. Les analystes tablaient sur 30.000 suppressions de postes.

Wall Street a accentué ses pertes tout au long de la séance. Le Dow Jones perd finalement 2,99% à 11.188 points, le Nasdaq recule de 3,20% à 2.559 points et le S&P 500 cède 3,31% à 1.233 point.

Du côté des valeurs, seul Coca-Cola (+0,10% à 51,71 dollars) termine dans le vert sur le Dow Jones. Wal-Mart est stable à 59,78 dollars. Le premier distributeur mondial a fait état ce jeudi d'une hausse de 3% de ses ventes en août, à nombre de magasins comparable, dépassant ainsi les attentes et ses propres prévisions. Target recule 2,15% à 53,83 dollars. Le cinquième distributeur américain a vu son chiffre d'affaires reculé de 2,1% à magasins comparables.

La chaine de grands magasins Nordstrom a plus souffert le mois dernier, avec un repli de 7,9% de ses ventes, contre 7,1% attendu. Le titre recule donc de 4,02% à 31,99 dollars. Gap a enregistré de son côté une chiffre d'affaires en baisse de 8% mais a fait mieux que les attentes. L'enseignement d'habillement perd toutefois 4,16% à 19,14 dollars.

Boeing recule ce jeudi de 4,60% à 63,03 dollars. L'avionneur américain est sous la menace d'une grève. Son principal syndicat, l'International Association of Machinists, a rejeté une offre salariale de la direction et a repoussé de 48 heures l'arrêt effectif du travail afin de donner une ultime chance aux discussions en cours. Par ailleurs, la compagnie de Bahreïn Gulf Air a confirmé une commande de huit 787 Dreamliner, pour un montant, prix catalogue, de 3,9 milliards de dollars.

Dans le secteur financier, Lehman Brothers repart à la baisse, de 9,45% à 15,34 dollars. Le titre a fortement progressé hier alors que la banque coréenne KDB a confirmé qu'elle envisageait d'entrer dans le capital de la banque d'affaires américaine. En revanche, la première banque japonaise Mitsubishi UFJ Financial Group (MUFG) a démenti ce jeudi une information du Times sur une éventuelle prise de participation dans Lehman.

Les autres valeurs bancaires sont également dans le rouge: Merrill Lynch plonge de 7,48% à 26,21 dollars, Citigroup recule de 6,68% à 18,30 dollars, Bank of America est en baisse de 7,16% à 30,60 dollars et Goldman Sachs perd 4% à 160,90 dollars.

Dans l'immobilier, Toll Brothers gagne 1,09% à 25,07 dollars. Le constructeur immobilier haut de gamme a pourtant enregistré une perte nette de 29,3 millions de dollars au troisième trimestre, contre un bénéfice de 26,5 millions de dollars l'an passé.

Les valeurs technologiques restent orientées à la baisse. Microsoft perd par exemple 2,04% à 26,35 dollars après avoir annoncé qu'il envisageait de baisser le prix de la Xbox 360 aux Etats-Unis. La firme de Redmont a déjà réduit le prix de sa console de jeux vidéo au Japon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :