Polémique sur la mozzarella à la dioxine

 |   |  508  mots
L'Union européenne et Rome ont eu de vifs échanges ce jeudi sur ce dossier peu appétissant.

Les autorités italiennes ont informé jeudi la Commission européenne qu'aucun lot de mozzarella contaminée par de la dioxine n'avait été exporté.

Les autorités italiennes, soucieuses d'éviter un mouvement de panique, ont minimisé les risques sanitaires pour les consommateurs après avoir découvert des niveaux de dioxine anormalement élevés chez un producteur de mozzarella de bufflonne sur cinq. La porte-parole de la commissaire européenne à la Santé et à la Sécurité alimentaire, Nina Papadoulaki, a déclaré que Bruxelles avait reçu de nouvelles informations de Rome.

La Commission européenne avait mis en demeure les autorités italiennes de lui fournir des informations avant 17h00 GMT ce jeudi, sous peine d'imposer un embargo.
"Apparemment, les lots contaminés ne concernent que le marché intérieur. Ils n'ont pas été exportés vers un pays tiers ou un membre de l'UE", a-t-elle déclaré, ajoutant que les niveaux de dioxine étaient "supérieurs à la réglementation mais pas excessifs".

Les 83 laiteries fournissant les producteurs de mozzarella concernés ont été fermées pendant que des tests étaient effectués pour déterminer l'origine du lait contaminé.
"Il n'y a pas d'alerte à la dioxine en Campanie", a déclaré le ministre italien de l'Agriculture Paolo De Castro tout en dégustant de petits morceaux de mozzarella devant les caméras.
"Les recherches ont révélé un nombre limité de laiteries concernées, 83 sur 1.900, et leur production a été saisie, donc il n'y a pas de risque sanitaire", a-t-il déclaré aux journalistes.

Une association de consommateurs a néanmoins déconseillé aux Italiens de manger de la mozzarella jusqu'à ce que les résultats définitifs des tests et le nom des laiteries concernées soient publiés. Les ventes de mozzarella de bufflonne ont chuté de 30% pendant les deux premiers mois de l'année, représentant 30 millions d'euros de pertes, selon un groupe de producteurs.

Les autorités estiment que la contamination par la dioxine pourrait être liée à la crise des ordures à Naples et dans sa région. Avec la paralysie du système de collecte, les déchets se sont entassés dans les rues et dans des champs à ciel ouvert. Des responsables de la santé ont déclaré que les déchets industriels avaient été incinérés et que la fumée ainsi dégagée pouvait dans certains cas contenir de la dioxine. Le Japon et la Corée du Sud ont déjà imposé un embargo sur la mozzarella de lait de bufflonne, une spécialité italienne. Les autorités italiennes n'ont pas souhaité préciser combien, s'il y en a, de lots contaminés avaient été mis sur le marché intérieur mais ont souligné que la dioxine n'était dangereuse pour la santé qu'en grosse quantité.

Un spécialiste de la dioxine, Roberto Fanelli, a déclaré au Corriere della Sera que la mozzarella contaminée n'était pas dangereuse pour la santé, à moins d'en avoir consommé une importante quantité pendant plusieurs mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :