Etats-Unis : revenus et dépenses des ménages en forme, mais les inquiétudes demeurent

 |   |  314  mots
Les dépenses des ménages ont progressé de 0,4% le mois dernier et leurs revenus de 0,3%. Les tensions inflationnistes perdurent. L'indice d'activité dans le secteur industriel de la région de Chicago tombe à un plus bas depuis décembre 2001. Et l'indice de confiance des consommateurs, mesuré par l'Université du Michigan, a été révisé à 70,8 points en février, son plus bas niveau depuis seize ans, après 78,4 points en janvier.

Indicateurs contrastés outre-Atlantique. Les revenus et les dépenses des ménages américains ont progressé plus que prévu en janvier, ce qui a été en grande partie compensé par l'inflation, également en hausse, selon des statistiques publiées ce vendredi. Les dépenses des ménages ont progressé de 0,4% le mois dernier et les revenus des ménages de 0,3%, alors que dans les deux cas le consensus tablait sur une progression limitée à 0,2%.

De son côté, l'indice des prix PCE a progressé de 3,7% sur un an en janvier contre 3,6% en décembre, et l"indice "core" de 2,2% comme le mois précédent.

D'un mois sur l'autre, il ressort en hausse de 0,4% après 0,3%, chiffre révisé, en décembre. Hors alimentation et énergie, l'indice augmente comme prévu de 0,3% sur un mois, sa plus forte hausse depuis septembre dernier.

Pour sa part, l'indice d'activité dans le secteur industriel de la région de Chicago, établi par le groupement des directeurs d'achats de la région, a baissé à 44,5 points en février contre 51,5 en janvier, a annoncé vendredi l'association professionnelle. C'est le niveau le plus faible depuis décembre 2001. Les analystes tablaient sur un indice à 49,5 points. Un indice en dessous de 50 points reflète une contraction de l'activité dans le secteur industriel.

Enfin, l'indice de confiance des consommateurs américains, mesuré par l'Université du Michigan, a été révisé à 70,8 points en février contre 69,6 points annoncé dans la première estimation, selon l'indice publié vendredi. Les analystes tablaient sur un indice à 70 points. L'indice s'était établi à 78,4 points en janvier.

Cet indice a ainsi touché le mois dernier son plus bas niveau depuis seize ans, ce qui est généralement considéré comme un signe avant-coureur d'une récession. A ceci s'ajoute le fait que le sous-indice des anticipations est lui aussi tombé à son plus bas niveau depuis seize ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :