Hausse des prix américains à la production

Les prix à la production ont augmenté de 1,4% en mai aux Etats-Unis. Hors éléments volatils, toutefois, ils affichent un net ralentissement. La production industrielle s'est tassée de 0,2%, tandis que les mises en chantier reculaient pour leur part de 3,3%.

Les prix à la production aux Etats-Unis ont augmenté plus que prévu en mai mais l'indice des prix de gros est en décélération si l'on ne tient pas compte des éléments volatils que sont l'énergie et l'alimentation.

Selon les chiffres publiés mardi par le département du Travail, les prix à la production ont augmenté de 1,4% en mai, après 0,2% en avril. Cette hausse est la plus forte depuis celle de 2,6% enregistrée en novembre 2007.

Hors alimentation et énergie, l'indice des prix de gros a augmenté de 0,2%, comme prévu, après une hausse de 0,4% en avril. Les analystes attendaient une hausse de 1% des prix à la production en mai et une augmentation de 0,2% hors éléments volatils.

Les prix de l'essence ont augmenté de 9,3% en mai et bondissent de 26,3% sur douze mois.

Comparés à mai 2007, les prix à la production affichent une hausse de 7,2%. C'est leur huitième mois consécutif au-dessus des 6%. Hors énergie et alimentation, la hausse est de 3% en rythme annuel, comme en avril. C'est une fois encore leur rythme de hausse le plus rapide depuis 1991.

De son côté, la production industrielle américaine a enregistré un nouveau recul en mai. Selon les chiffres publiés mardi par la Réserve fédérale, elle a baissé de 0,2% le mois dernier, après une baisse de 0,7% confirmée en avril. Ce chiffre est décevant, puisque les économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne une hausse de 0,1% de la production en mai.
L'utilisation des capacités ressort en baisse à 79,4%, après 79,6% (révisé). C'est son taux le plus faible depuis celui de 79,0% enregistré en septembre 2005.

Enfin, les mises en chantier de logements ont reculé de 3,3% en mai à un rythme annuel inférieur aux prévisions, tandis que le nombre de permis de construire se repliait de 1,3%, selon les statistiques publiées par le département du Commerce.

Les mises en chantier ressortent en rythme annualisé à 975.000 en mai, soit au plus bas depuis mars 1991. Les économistes interrogés par Reuters tablaient sur 980.000. Le chiffre d'avril a été révisé à 1.008.000 mises en chantier contre 1.032.000 estimées auparavant.

Les permis de construire ont atteint 969.000 unités en rythme annualisé, contre 960.000 attendus par le marché.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.