Zone euro : la confiance chancelle, l'inflation atteint un plus haut historique

 |   |  581  mots
L'indice de confiance économique, qui résume l'opinion des chefs d'entreprises et des consommateurs dans la zone euro, a baissé de 1,6 point en février. L'indice du climat des affaires, qui mesure la confiance des seuls industriels, recule aussi. Si le chômage est stable, l'inflation a atteint 3,2% en janvier.

Rafale d'indicateurs européens ce vendredi sur fond de nouveau record de l'euro face au dollar. L'indice de confiance économique a continué à baisser nettement en février dans la zone euro, celui mesurant le climat des affaires fléchissant également, selon deux enquêtes publiées par la Commission européenne.

L'indice de confiance économique, qui résume l'opinion des chefs d'entreprises et des consommateurs, a baissé de 1,6 point par rapport à janvier, pour s'établir à 100,1 points. Les analystes s'attendaient à un recul moins important. L'indice du climat des affaires, qui mesure la confiance des seuls industriels, s'est quant à lui établi à 0,72 point en février, en baisse par rapport à janvier (0,77 point).

De son côté, le taux de chômage dans la zone euro s'est établi à 7,1% en janvier, inchangé par rapport au mois précédent, selon des données corrigées (CVS) d'Eurostat. Fin janvier, Eurostat avait établi le taux de chômage de décembre à 7,2% mais a corrigé ce chiffre à 7,1%, ce qui en fait son plus bas niveau historique.

Pour l'ensemble de l'Union européenne, le taux de chômage CVS s'est établi à 6,8%, inchangé par rapport à décembre 2007. Les Pays-Bas ont affiché le taux de chômage le plus bas de l'UE, à 2,9%, tandis que les taux les plus hauts ont été enregistrés en Slovaquie (10,4%), en Espagne (8,8%) et en Pologne (8,6%). En France, le taux de chômage s'est établi à 7,8% et en Allemagne à 7,6%, selon Eurostat.

Enfin, l'inflation s'est établie à son plus haut niveau dans la zone euro depuis plus de dix ans en janvier, à 3,2% par rapport au même mois de l'année précédente, tirée par les prix de l'énergie et de l'alimentation, selon des chiffres définitif d'Eurostat, qui confirment une première estimation déjà publiée fin janvier.

Le taux d'inflation en glissement annuel de janvier constitue un record dans la zone euro depuis que des statistiques ont commencé à être produites sur ce sujet pour les pays concernés, en 1997. En décembre le taux d'inflation sur un an s'était établi à 3,1%. Un an plus tôt, en janvier 2007, le taux annuel d'inflation n'était encore que de 1,8%.

Dans le détail, la poussée des prix en janvier s'explique en particulier par les tarifs de l'alimentation (+5,4% en moyenne sur un an) et des transports (+5,7%), une hausse elle-même largement alimentée par la flambée des prix énergétiques, comme le diesel, avec un baril de pétrole à plus de 100 dollars désormais. Le rythme actuel de hausse des prix se situe très au-dessus de la limite souhaitée par la Banque centrale européenne (BCE), qui est légèrement inférieure à 2%.

Cette situation est embarassante pour la BCE. Le ralentissement en cours de la croissance en Europe plaide en faveur d'une baisse des taux d'intérêt pour soutenir l'activité, mais dans le même temps l'emballement des prix suggère plutôt de les maintenir à leur niveau actuel. Le président de la banque centrale allemande, Axel Weber, membre influent de la BCE, a ainsi refroidi cette semaine les espoirs de baisse des taux dans les mois à venir, en affirmant que les risques inflationnistes étaient "sous-estimés".

Au niveau de l'Union européenne, l'inflation a été encore plus forte qu'en zone euro en janvier, à 3,4% sur un an, après 3,2% en décembre, selon Eurostat. Ce qui s'explique par l'inflation traditionnellement plus forte dans les pays d'Europe de l'Est, qui ont rejoint l'UE en 2004 et 2007, du fait de leur rattrapage économique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :