Barack Obama remporte une nouvelle victoire en Caroline du Sud

 |   |  750  mots
Après deux victoire consécutives d'Hillary Clinton, le sénateur noir s'est imposé pour les primaires démocrates en Caroline du Sud, devançant largement sa rivale. Les deux candidats se retrouvent à égalité avant d'affronter le vote important du 5 février, où vingt-deux Etats voteront en même temps. Barack Obama a reçu en outre le précieux soutien de la famille Kennedy. Côté républicain, l'élection en Floride se déroulera mardi.

Deux partout. C'est désormais le score qui départage les deux candidats aux primaires démocrates, Barack Obama et Hillary Clinton. Après avoir remporté les premières primaires dans l'Iowa, Barack Obama s'est de nouveau imposé samedi en Caroline du Sud, devançant largement sa principale concurrente Hillary Clinton grâce au soutien massif de l'électorat noir.

Au terme d'une campagne marquée par des échanges parfois très virulents, Obama a recueilli en Caroline du Sud 55% des voix, presque deux fois plus que l'ancienne "first lady" (27%). John Edwards, pourtant dans son Etat natal où il l'avait emporté en 2004, n'est arrivé que troisième avec 18% des voix mais affirme rester dans la course.

D'après des sondages de sortie des urnes, Obama a été plébiscité par quatre électeurs noirs sur cinq, dans un Etat où ils représentent la moitié des électeurs démocrates. Il a également été choisi par un quart des électeurs blancs, un score plus élevé que prévu. Edwards et Clinton se sont partagés le reste du vote blanc.

Obama a par ailleurs remporté les suffrages de la moitié des électeurs qui ont fait leur choix dans les dernières vingt-quatre heures, d'après des sondages de sortie des urnes. Le taux de participation a enfin atteint un record : plus de 500.000 personnes ont pris part à cette première primaire démocrate dans un Etat du Sud.

Cette victoire d'Obama, après deux défaites consécutives face à Hillary Clinton dans le New Hampshire et le Nevada, le met en position de force avant le "Super Tuesday" du 5 février, quand les électeurs de vingt-deux Etats se prononceront.

Après sa victoire, Barack Obama déclarait: "ce soir, les cyniques qui pensaient que ce qui avait commencé sous les flocons de l'Iowa n'était qu'une illusion ont entendu une autre histoire avec les gens biens de Caroline du Sud", a-t-il lancé devant une foule extatique à Columbia, capitale de la Caroline du Sud. "Dans neuf petits jours, près de la moitié du pays aura l'occasion de nous rejoindre pour dire que nous en avons assez des vieilles habitudes de Washington, que nous avons faim de changement et que nous sommes prêts à croire à nouveau".

Par ailleurs, le candidat noir a obtenu ce week end le précieux soutien de la famille Kennedy, un nom qui compte dans le camp démocrate. Le sénateur du Massachusetts, Edward Kennedy, plus jeune frère du président assassiné, va apporter officiellement ce lundi son soutien à la candidature d'Obama. Il sera accompagné par sa nièce, Caroline Kennedy, fille de John Fitzgerald, qui a déjà apporté son soutien au sénateur de l'Illinois. Elle a écrit dimanche dans une tribune publiée dans le New York Times : "je n'ai jamais eu un président qui m'a inspiré de la façon dont les gens m'ont dit que mon père les avait inspirés. Mais pour la première fois, je pense avoir trouvé l'homme qui pourrait être ce président, pas seulement pour moi mais pour une nouvelle génération d'Américains".

De son côté, Hillary Clinton, partie pour le Tennessee avant même la proclamation des résultats, estimait : "désormais les yeux du pays sont tournés vers le Tennessee et les autres Etats qui voteront le 5 février. Des millions et des millions d'Américains vont avoir la chance de faire entendre leur voix (...)"

Côté républicain, Mitt Romney et John McCain sont au coude à coude dans la primaire de mardi prochain en Floride, selon un sondage publié ce dimanche par Reuters. Romney, ancien gouverneur du Massachusetts, a rattrapé son retard de trois points sur le sénateur de l'Arizona et les deux hommes font la course en tête avec 30% des voix chacun. L'ancien gouverneur de l'Arkansas, Mike Huckabee, remonte de quatre points à 14% et dépasse l'ex-maire de New York Rudy Giuliani, qui perd deux points à 13%.

Alors que chez les démocrates, les attaques personnelles étaient de mise, côté républicain, c'est la guerre en Irak qui est revenue au centre des débats entre les candidats à l'investiture. L'enjeu est de taille pour les candidats. La Floride sera le plus grand Etat à se prononcer depuis le début du processus de désignation des candidats et constituera un test de popularité pour les républicains, les adhérents du parti de l'éléphant étant les seuls à pouvoir voter lors de la primaire de mardi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :