Première convention collective chez Wal-Mart en Amérique du Nord

Le ministère du travail du Québec a imposé au géant américain de la distribution la mise en place d'une convention collective dans un de ses magasins. Une première pour Wal-Mart en Amérique du Nord.

Le géant américain de la distribution, Wal-Mart, première entreprise du monde par le chiffre d'affaires, était connu pour résister aux tentatives d'implantations syndicales en son sein. Le groupe a même été accusé de favoriser le travail clandestin et les contournements des législations sur le droit du travil.

C'est pourquoi il convient de noter une grande première en Amérique du Nord pour la firme : la mise en place d'une convention collective dans un de ses magasins. Elle intervient au Québec, dans la ville de Gatineau, près d'Ottawa. Un arbitrage a permis aux huit employés de l'atelier automobile, syndiqués depuis 2005, de disposer d'une convention collective. Cet arbitrage a été rendu par un représentant du ministère du Travail du Québec, mandaté pour trancher sur la question.

La convention collective, d'une durée de trois ans, prévoit de faire passer le salaire horaire de base de 8,50 dollars à 11,58 dollars, puis des augmentations pouvant porter le taux horaire à un plus de 15 dollars. Des conditions qui suscitent les réticences de Wal-Mart quipourrait du coup fermer cet atelier comme il l'avait fait en 2005, déjà au Québec pour le magasin de Jonquière, dont les salariés s'étaient syndiqués. La Cour suprême du Canada vient d'accepter d'étudier un appel des employés contre cette décision de fermeture.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.