Technicolor, de noir l'horizon devient monochrome

L'ancien fabricant de décodeurs tire les premiers fruits de sa restructuration. Mais la fenêtre de sortie de crise reste étroite.
(Crédits : Tribune)

Peu nombreux sont ceux qui auraient misé un centime sur les chances de survie de l'ex-Thomson il y a encore un an. En tout cas, les réflexions menées lors de la mise sous procédure de sauvegarde de l'ancien fabricant de décodeurs, dont il est sorti mi-février, commencent à porter leurs fruits. Le retour aux bénéfices hautement symbolique de Technicolor à l'issue du premier semestre constitue le début du commencement d'une perspective de redressement mais il a le mérite d'exister. La réduction par deux de son endettement net en l'espace d'un an a permis au groupe d'alléger ses frais financiers et in extenso, de dégager un résultat net positif de 96 millions d'euros contre une perte nette de 325 millions un an plus tôt. A cela s'ajoute une reprise d'activité constatée au cours du deuxième trimestre et qui devrait, selon la direction, se confirmer au titre de la seconde moitié de l'année grâce au retour de clients jusque-là échaudés par les difficultés financières de Technicolor.

L'annonce de nouveaux contrats, dont un avec l'américain Verizon pour la mise en place de passerelles résidentielles haut-débit, tend à montrer que Technicolor est sur la bonne voie. Celle du recentrage sur les solutions technologiques à destination de la télévision et du cinéma. La cession, officialisée le 27 juillet, d'une partie de sa filiale Grass Valley, spécialisée dans les équipements vidéo, au fonds d'investissements Francisco Partners va dans ce sens et a d'ailleurs provoqué un fort mouvement acheteur sur le titre. En une semaine, l'action a grimpé de plus de 10%. Il n'empêche que la fenêtre de sortie de crise reste étroite. De noir, l'horizon est devenu monochrome. Le groupe s'est engagé dans un canal dont la solidité des parois repose sur sa capacité à trouver des repreneurs pour ses actifs non stratégiques dans de bonnes conditions. Au vu du caractère serré des dernières négociations avec Francisco Partners, la route du salut est encore longue.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.