GDF Suez dans le gaz jusqu'aux présidentielles ?

 |   |  299  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La perspective de voir les prix du gaz gelés, dans le cadre électoral de 2012, assombrit l'horizon des activités françaises du groupe. Augmentant, de fait, le risque de voir se dégrader les anticipations de croissance du consensus.

Délaissé par les investisseurs lui ayant préféré des profils plus cycliques et dynamiques en 2009 et 2010, GDF Suez voit maintenant son parcours boursier bousculé par des velléités électorales en 2012. Si l?Etat venait à confirmer le gel des tarifs du gaz pour attirer les suffrages durant les présidentielles, les anticipations de croissance du consensus sur les activités françaises du groupe en ressortiraient clairement dégradées.

Après un bond de 20% des tarifs réglementés du gaz en l?espace d?un an et de 60% depuis 2005, les investisseurs craignent que cette inflation soit stoppée dès la prochaine révision le 1er juillet prochain. En clair, l?Etat pourrait préférer choyer son électorat plutôt que son portefeuille qui affiche une perte latente de 1,7 milliard sur sa participation de 36% dans GDF Suez depuis début 2010. Pour l?heure, la branche Energie France de GDF Suez avoisine 7% de son excédent brut d?exploitation total.

Plus forte baisse du CAC40 aujourd?hui, GDF Suez suscite clairement les inquiétudes du marché. Cette réaction épidermique mérite toutefois d?être relativisée ne serait-ce qu?au regard des faibles volumes échangés à la Bourse de Paris depuis le début de la séance. Mais ce n?est pas tout : comme le souligne les analystes d?Aurel BGC, les conséquences financières ne peuvent pas être déterminées avec précision puisqu?elles dépendront de l?évolution effective du coût d?approvisionnement du groupe d?ici à la fin de l?année. Et cela, sachant que ce manque à gagner pourrait être compensé par les effets positifs d?une hausse des prix du gaz naturel dans d?autres pays. D'ici là, le titre devrait au mieux stagner.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2011 à 17:57 :
Mais voyons ! faut bien que quelqu'un paie ! Qui ? Les autres "partenaires" ?uropéens da!
Quant au porte-feuille de l'état ..on s'en tape! Il y a un trou dans les finances ?? On empruntera va! Qui paiera? le contribuable da!
L'actionnaire lui aussi mais cest bien fait pour "l'exploiteur !"
-Refrain !
Na!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :