Un dialogue est engagé sur les conditions de travail sur l’île de Saadiyat

 |   |  220  mots
Tableau intitulé Le Bon Samaritain de l'artiste belge Jacob Jordaens, à l'exposition naissance d'un musée sur l'ïle de Saadiyat, à Abou Dhabi en avril 2013.
Tableau intitulé "Le Bon Samaritain" de l'artiste belge Jacob Jordaens, à l'exposition "naissance d'un musée" sur l'ïle de Saadiyat, à Abou Dhabi en avril 2013. (Crédits : Reuters)
L’architecte du musée Guggenheim d’Abu Dhabi, Frank Gehry, s’est exprimé au sujet des conditions de travail des ouvriers présents sur le chantier.

Des enquêtes publiées par The New York TimesThe Guardian, Gulf Labor (un groupe d'artistes activistes) et Vice ont toutes mis en lumière la gravité des mauvais traitements subis par les travailleurs migrants de l'île de Saadiyat.

La controverse

L'architecte Zaha Hadid, qui a également dessiné un édifice pour le district culturel, s'est retrouvée récemment au centre d'une controverse suite à des propos tenus au sujet des conditions de travail des ouvriers. Elle avait en effet déclaré qu'en sa qualité d'architecte, le contrôle de la situation des ouvriers dépassait ses responsabilités. Accusée par le critique Martin Filler d'être insensible aux événements, Hadid a porté l'affaire devant les tribunaux, poursuivant son détracteur pour diffamation.

Un rapport de Human Rights Watch

Depuis 2009, date d'un rapport émis par Human Rights Watch condamnant les conditions de travail déplorables à Saadiyat, Frank Gehry travaille néanmoins avec un avocat spécialiste des droits de l'homme, Scott Horton. Un représentant de Gehry Partners affirme que :

« Gehry Partners a pris part à un dialogue de fond, engageant depuis plusieurs années maintenant le gouvernement, l'industrie du bâtiment, les architectes, l'équipe projet, les sponsors et les ONG... Nous nous efforcerons d'accompagner ce processus en nous impliquant à chaque étape du développement du projet. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :