Jour de rentrée à l’université d’Aix-la-Chapelle

 |   |  614  mots
(Crédits : DR)
Quel message lancer aux 6 500 étudiants de l'université technique d'Aix-la-Chapelle ? Pour le recteur, Ernst Schmachtenberg, les mots d'ordre sont diversité et globalisation.

Grosse journée que ce 7 octobre pour Ernst Schmachtenberg, recteur de l'université technique d'Aix-la-Chapelle (RWTH), l'une des plus réputées d'Allemagne et à laquelle le Voyage en Allemagne a déjà consacré plusieurs articles. En plusieurs groupes, le recteur a prononcé un discours de bienvenue à l'ensemble des étudiants, plus de 6 500 cette année, dont 15% d'étrangers. En fin de journée, Ernst Schmachtenberg nous reçoit dans son vaste bureau, sobrement meublé de bois clair. Quels sont les messages qu'il s'efforce de faire passer aux étudiants ? « Le plus important est celui de la diversité » répond-t-il. « En tant qu'université nous n'avons pas d'autre choix que d'être diversifié. Dans les années qui viennent, les jeunes Allemands ne seront plus assez nombreux, et nous devrons accueillir plus d'étudiants étrangers, de tous les horizons. En même temps, les jeunes que nous formons, les Allemands en particulier, doivent trouver leur place dans la société mondialisée et devront être capables de travailler n'importe où dans le monde. ». L'Allemagne est-elle performante dans ce processus de globalisation ? « Nous n'avons pas d'autre choix », répond le recteur, « la pression est forte d'une partie de la jeunesse des pays en développement pour se rapprocher de nos standards de vie, nous devons leur faciliter l'entrée dans nos filières de formation. »

 Naturellement, la question de la spécificité de l'Allemagne, de sa culture, de son mode de vie, de sa langue, se pose pour les Allemands, comme elle se pose d'ailleurs en France. Sur ce point, Ernst Schmachtenberg répond sans hésiter que dans l'enseignement technologique supérieur, la langue anglaise devrait  progressivement supplanter l'allemand. Il prévoit qu'en 2017, l'essentiel des cours de la RWTH seront dispensés dans la langue de Shakespeare et non plus dans celle de Goethe. « Pensez-vous sérieusement que les jeunes Chinois, Indiens ou Africains vont apprendre l'allemand pour pouvoir étudier chez nous ? » s'interroge-t-il. « La langue est un outil, et dans le monde globalisé, nous avons besoin d'une langue commune. Cela ne veut pas dire que nous devons faire un trait sur notre patrimoine culturel. Les jeunes Allemands doivent apporter une part de la culture allemande dans le monde globalisé et ils le font avec d'autant plus de facilité que nous avons moins de raisons que d'autres, et peut-être que les Français, d'être fiers de notre histoire. Ce qui me renforce dans ma conviction que la nouvelle génération de jeunes Allemands poussera dans le sens d'une Europe plus intégrée, avec un rôle accru des citoyens, ce qui est à l'inverse de ce que l'on lit parfois à l'étranger, et notamment en France, sur la volonté de l'Allemagne de dominer l'Europe. » Pour Ernst Schmachtenberg, les défis qui attendent l'Europe sont liés à sa capacité de se forger une place dans le monde globalisé, aux cotés d'ensembles dominants comme l'Amérique du Nord, la Chine, l'Asie du sud-est. « Personne ne nous attendra sur le chemin », dit-il, « qu'il s'agisse de la France ou de l'Allemagne. Où l'Europe sera un espace intégré, composé de plusieurs nations, construite autour d'une communauté forte de citoyens responsables, d'entreprises innovantes, de technologies nouvelles et d'un excellent système éducatif, ou elle éclatera en petits pays qui seront trop faibles pour résister à la globalisation. Dans ce contexte, le débat sur qui doit diriger l'Europe, n'a pas de sens. Qui a besoin de leader ? » conclut-t-il. Et de préciser qu'il s'agit là de ses vues personnelles et qu'il faut les prendre comme telles….Elles ont le mérite en tout cas de poser clairement les problématiques de l'Allemagne et de l'Europe face au monde de demain. 

X

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :