Le CAC 40 repasse sous les 3.900 points

 |   |  1327  mots
Copyright Reuters
Après le séisme et les conséquences nucléaires au Japon, le marché parisien a enfoncé le seuil psychologique des 3.900 points, pénalisé par les valeurs exposées à l'économie japonaise.

Dans un contexte où l'aversion au risque est omniprésente, la Bourse de Paris n'a pas résisté au contrecoup du séisme japonais. A la clôture, le CAC 40 perdait 1,29 % 3.878,04 points, repassant pour la première fois depuis le 11 janvier sous le seuil psychologique des 3.900 points. Selon la société d'analyse technique XBT, un franchissement à la baisse de la zone des 3.880 points "ouvrirait la voie à une nouvelle impulsion baissière avec la zone 3820 comme prochain support."

Le séisme, qui a frappé le Japon vendredi et qui se transforme en un désastre nucléaire a retenu l'attention des investisseurs faisant passer au second plan la situation au Moyen Orient. Le marché s'interroge en effet sur le coût du séisme et ses conséquences pour les assureurs et les réassureurs. Selon une première estimation de Crédit suisse, le tremblement de terre suivi d'un tsunami dans le nord-est du Japon pourrait avoir causé des dégâts entre 170 et 180 milliards de dollars (122 à 129 milliards d'euros). Par ailleurs, comme l'indique Chris Weston, trader chez IG Markets, « l'économie mondiale se trouve confrontée à une série d'événements inattendus, avec pour thème dominant l'aversion au risque ». Depuis 3 jours, l'activité de la troisième puissance économique est en effet à l'arrêt et se trouve confronté à un risque nucléaire majeur provoquant un rationnement d'électricité.
Déjà fragilisée avant la catastrophe par la crise budgétaire européenne, l'envolée des cours du pétrole et une reprise hésitante aux Etats-Unis, l'économie japonaise ne devrait pas repartir avant juin de cette année. Selon Brendan Brown, de Mitsubishi UFJ, la croissance mondiale s'en trouvera affectée. "Les premiers effets sur l'économie mondiale se feront sentir auprès des grands partenaires commerciaux du Japon en Asie, notamment la Chine et la Corée", indique-t-il.

Dans ce contexte, les indicateurs économiques sont passés au second plan. Par rapport à décembre 2010, la production industrielle du mois de janvier a augmenté de 0,3 % en Zone Euro et de 0,6 % en Europe. Par ailleurs, les indicateurs composites avancés de l'OCDE font état d'une accélération de la croissance lors du mois de janvier, dans la grande majorité des pays dits riches.

Valeurs en Baisse

Plus forte baisse de l'indice, Renault a plongé de 6,32 %. Nissan, partenaire japonais de Renault au sein de l'alliance Renault-Nissan, a fermé ses quatre usines d'assemblage au Japon et aucun site ne devait rouvrir ce lundi. Nissan, deuxième constructeur japonais qui, selon Natixis Securities, devrait représenter 70 % du résultat net du constructeur français en 2011, fabrique 22% de ses véhicules dans l'archipel. Moins exposé, Peugeot ne se replie que de 1,94 %.

EDF a lâché 5,28 %. Premier opérateur mondial nucléaire, le groupe a subi la polémique qui fait rage autour des risques de cette énergie alors que le Japon lutte contre le risque nucléaire. "Le monde du nucléaire a changé (et peut-être pris fin) ce week-end. Au minimum, la catastrophe nucléaire au Japon va entraîner une hausse des coûts d'investissements (de sûreté) des opérateurs européens, et probablement des fermetures précoces de centrales", estiment les analystes de Kepler dans une note.

LVMH a chuté de 3,09 % et PPR de 2,49 %. Le secteur du luxe a subi les effets du séisme et du tsunami qui ont dévasté des régions du Japon. L'archipel est le 2e marché mondial du luxe après les Etats-Unis. Pour Hermès, c'est le premier marché (17% du chiffre d'affaires) tandis que pour LVMH, il représente 9% des ventes. Le pôle luxe de PPR réalise quant à lui 16% de son chiffre d'affaires.

Axa a reculé de 3,32 %. Si l'assureur ne réalise que 5 % de son chiffre d'affaires au Japon, le titre a été pénalisé par la défiance des investisseurs envers les valeurs de l'assurance et la réassurance qui devraient subir de lourdes conséquences financières du fait des dégâts matériels.

Valeurs en Hausse

Principal soutient du CAC 40, le secteur bancaire a bénéficié de l'accord trouvé ce week-end par les dirigeants de la zone euro pour renforcer et élargir le fonds de soutien à l'euro, mais également d'une note de JPMorgan Cazzenove. L'intermédiaire juge le contexte actuel comme propice à un rebond sectoriel. De neutre, la recommandation est passée à surpondérer. Crédit Agricole a gagné 3,34%, Natixis 1,56 % et Société Générale 1,51%. BNP Paribas a, pour sa part, reculé de 0,13 %,

STMicroélectronics (+0,52 %) a dévoilé son intention de proposer lors de son Assemblée générale du 3 mai prochain le versement d'un dividende de 0,40 dollar contre 0,28 dollar en 2009. Cette annonce fait passer au second plan l'exposition du fabriquant de semi-conducteur au Japon. S'il n'y détient pas d'usine de fabrication, la zone Japon et Corée pèse pour 18% dans son chiffre d'affaires total dans.

Hors CAC

Areva a dévissé de 9,61 %. Premier producteur mondial d'énergie nucléaire, le groupe est pénalisé par la situation au Japon. Selon les analystes de Cheuvreux, la situation nucléaire de l'archipel devrait reporter certaines décisions d'investissements.

Le titre de la compagnie de réassurance Scor a lâché 3,43 %. Le groupe a indiqué que ses pertes liées au séisme ne dépasseront pas 185 millions d'euros en réassurance dommage et responsabilité, assurant que sa solvabilité "n'est pas mise en cause" par cette catastrophe.

Hermès (-3,14 %) a également subi les événements au Japon, son premier marché avec 17 % du chiffre d'affaires. Par ailleurs, des fissures parmi les actionnaires familiaux d'Hermès ont fait publiquement surface. Nicolas Puech, actionnaire d'Hermès frère du président du conseil de surveillance du groupe, Bertrand Puech, s'est dit ouvert à une coopération avec LVMH dans un entretien publié par le Journal du Dimanche.

Valéo (-3,27 %) a récemment accru son exposition dans l'archipel en rachetant Niles, spécialiste nippon des commandes au volant, et possède neuf sites de production au Japon. Les dux usines qui ont subi des dommages matériels ont repris leurs activités progressivement.

Dane-Elec Memory a reculé de 6,90 %. Le fabricant et distributeur de produits numériques a dévoilé ses résultats provisoires de l'exercice 2010. Le chiffre d'affaires est en repli de 12,7 % à 158 millions d'euros et la perte nette annuelle devrait dépasser les 20 millions d'euros. Par ailleurs, le groupe a présenté son plan de revitalisation qui doit lui permettre de s'inscrire rapidement dans un nouveau cycle de développement durable.

ABC Arbitrage (-2,54 %) a résisté en 2010 à la chute des volumes d'échanges sur les Bourse s et constate sur les deux premiers mois 2011 une amélioration des volumes et un frémissement de l'activité de fusions-acquisitions, dont la faiblesse a pesé légèrement sur sa performance l'an dernier.

Cybergun gagne a reculé de 0,96 %. Le groupe spécialisé dans la conception et de la distribution de répliques d'armes factices a annoncé l'acquisition de Swiss Arms, l'un des leaders mondiaux du secteur. Le montant de l'opération, non précisé, sera acquitté aux trois quarts par un financement OSEO sur 7 ans. Le reliquat sera réglé en actions.

Altran Technologies (+5,41%) a annoncé lundi qu'il tablait sur une poursuite du redressement de son activité et sur une amélioration continue de sa marge opérationnelle en 2011 après avoir réduit sa perte nette l'an dernier.

Pétrole et devise

Sur le marché du pétrole, les cours sont orientés à la hausse. Le baril de WTI est de nouveau au-dessus des 100 dollars à 100,20 dollars tandis que le Brent de la Mer du Nord vaut 113,305 dollars.

La monnaie unique est en hausse face au dollar. A la clôture des marchés européens, un euro s'échangeait contre 1,398 dollars. Le Yen quant à lui se stabilisait face au billet vert après l'injection de fonds par la banque centrale japonaise. Après avoir grimpé à 82,17 yens, un dollar s'échange contre 81,66 yens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :