Wall Street termine en hausse après le discours de Ben Bernanke

Le président de la Réserve fédérale ne s'est pas engagé ce vendredi à mettre en place de nouvelles mesures de soutien à l'économie américaine.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le discours de Ben Bernanke ce vendredi à Jackson Hole était très attendu. Mais le président de la Réserve fédérale américaine n'a livré aucune piste sur la politique qu'entend mener l'institution dans les prochains mois, ne s'engageant pas à mettre en place de nouvelles mesures de soutien à l'économie américaine, dont la croissance ne s'est élevé qu'à 1% au deuxième trimestre. Après avoir fortement reculé, les marchés ont inversé la tendance et sont repassés dans le vert.

A la clôture, le Dow Jones gagne 1,21% à 11.285 points, le Nasdaq pgrimpe de 2,49%% à 2.480 points et le S&P 500 progresse de 1,21% à 1.177 points.

Sur le front des statistiques, le taux de croissance du PIB des Etats-Unis au deuxième trimestre a été revu à la baisse, ne ressortant plus qu'à 1% en rythme annuel, soit une baisse de 0,3 point par rapport à la première estimation de la croissance du printemps publiée fin juillet. Les analystes tablaient sur une révision légèrement moins important, tablant sur un taux de 1,1%.

Du côté des valeurs, Tiffany grimpe de 9,35% à 69,01 dollars. Le joallier a fait état vendredi d'un bénéfice de 69 cents par action au deuxième trimestre, alors que le consensus donnait 70 cents. Les ventes sont ressorties à 872,7 millions, nettement au-delà des prévisions des marchés (786 millions). En outre, le groupe a relevé sa fourchette de prévisions pour l'ensemble de l'année, anticipant un bénéfice par action compris entre 3,65 et 3,75 dollars. (consensus: 3,56 dollars).

Boeing prend 2,68% à 62,80 dollars. Son nouvel avion Dreamliner 787, pour lequel plus de 800 commandes ont déjà été enregistrées, a reçu vendredi la certification des autorités de l'aviation civile américaine. Les premières livraisons de l'appareil, promises à la compagnie japonaise All Nippon Airways, accusent un retard d'environ trois ans, dû notamment à des perturbations sur la chaîne de livraison de composants.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.