La Bourse de Paris dévisse après le PIB américain

 |   |  560  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La Bourse de Paris accentue ses pertes après la révision du PIB américain, et reste très volatile avant le discours de Ben Bernanke à Jackson Hole, prévu à 16h.

Dans une séance très volatile, la place parisienne creuse ses pertes, ébranlée à la suite de la révision à la baisse de la croissance américaine pour le deuxième trimestre. Vers 15h30, le CAC 40 perdait 2,64% à 3.036,94 points, dans un marché peu fourni. Le faible volume d?échanges, d?environ 1,2 milliard d?euros, pourrait exacerber la volatilité.

Outre-Atlantique, la santé de la première économie mondiale semble se détériorer. La croissance du PIB des Etats-Unis a été revue à la baisse, à 1% pour le deuxième trimestre, contre 1,3% lors de la première estimation. Et si il n?y avait que cela ! La croissance du Royaume Uni et de l?Espagne s?est ralentie au deuxième trimestre, progressant seulement de 0,2%.

L'attention des investisseurs se porte maintenant sur la conférence annuelle de la Réserve fédérale américaine à Jackson Hole, et le très attendu discours de son patron, Ben Bernanke prévue à 16h. Nombre d?opérateurs de marché attendent la mise en place de nouvelles mesures de soutien de l?économie américaine. En 2010, l?événement avait été marqué par l?annonce du "QE2". Cette année, les investisseurs passeront au crible les déclarations Ben Bernanke pour savoir si la banque centrale des Etats-Unis s?apprête à mettre en place un troisième programme d?assouplissement monétaire (QE3).

Le marché parisien pourrait effacer ses gains (+3,3% dans les quatre dernières séances) si le discours de Bernake est décevant. En revanche, si les propos du patron de la Fed séduisent, les investisseurs pourraient reprendre confiance.

Sur le front des valeurs

 

Aux valeurs, tous les titres du CAC 40 évoluent dans le rouge. Veolia Environnement, lanterne rouge de la cote, recule de 2,82%. La veille, Crédit Suisse a dégradé sa recommandation sur le titre.

Les valeurs cycliques et ceux des constructeurs automobiles sont très attaqués. ArceloMittal et Lafarge perdent respectivement 3,75% et 3,29%. Pour sa part, Peugeot chute de 2,85%, après l?abaissement de la recommandation d?UBS, d' "acheter" à "neutre". La banque a également réduit son objectif de cours sur la valeur à 21 euros. Hors CAC 40, FFP (Foncière Financière et de Participations), la holding financière de Peugeot, recule également de 1,85% à la suite de l?abaissement de la recommendation d?UBS, qui est aussi passé d' "achat" à "neutre" sur la valeur.

Le secteur financier, proche de l?équilibre dans la matinée, reste très attaqué. Axa (-3,49) figure parmi les plus fortes baisses de la cote, suivi par Natixis (-3,27%). Jeudi, l?AMF a prolongé l?interdiction de ventes à découvert sur les titres financiers "jusqu?à nouvel ordre". L'Italie, la Belgique et l'Espagne ont fait de même.

Les valeurs défensives, à l?image de Pernord Ricard (-0,72%) et Essilor (-0,79%) résistent quelque peu. Le spécialiste de l?optique ophtalmique a publié des résultats solides. Le groupe a fait état d?une hausse de 8,1%, à 258,2 millions d?euros de son résultat net, et il a confirmé ses prévisions pour 2011.

Devises et pétrole

Sur le marché du pétrole, les cours du baril étaient en hausse. Le Brent de la Mer du Nord recule de 0,32% à 110,30dollars alors que le WTI perd de 0,47 à 84,84 dollars.

Enfin, la monnaie unique est repartie à la hausse face au billet. Vers 10h, un euro s'échangeait contre 1,443 dollar.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :