Moody's pénalise le CAC 40 et ses banques

La mise en garde de l'agence de notation sur la note de la France a plombé les valeurs bancaires, provoquant un repli généralisé à la Bourse de Paris. A cela s'ajoutent de nouveaux signaux d'un ralentissement de l'économie mondiale.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

Le pessimisme est de retour sur le marché parisien. En forte baisse dès les premiers échanges, le CAC 40 a évolué toute la journée dans le rouge. La bonne tenue des places boursières américaines a néanmoins permis à l'indice parisien de limiter ses pertes. Il recule à la clôture de 0,79 % à 3.141,10 points.

La veille, les propos de la chancelière allemande Angela Merkel avait déjà douché les espoirs des investisseurs en affirmant qu'il ne fallait pas attendre du Conseil européen du 23 octobre un remède miracle à la crise que traverse la zone euro. Ce mardi, plusieurs mauvaises nouvelles sont venues encore alimentées les inquiétudes des investisseurs.

Et notamment l'avertissement lancé par l'agence de notation Moody's sur la note souveraine de la France. L'agence d'évaluation financière se donne trois mois pour déterminer si la perspective "stable" de la note Aaa (la meilleure possible) de la France est toujours justifiée au vu de la dégradation de la situation économique. Une mise en garde qui intervient alors que le ministre de l'Economie François Baroin a assuré que Paris mettrait "tout en oeuvre" pour conserver sa précieuse note, qui lui permet d'emprunter aux meilleures conditions possibles sur les marchés. Le ministre a néanmoins admis que la croissance 2012 du pays pourrait être inférieure aux prévisions officielles.

Un ralentissement économique qui se fait de plus en plus visible à travers le monde. En Chine, selon les derniers chiffres publiés ce mardi matin, la croissance a ralenti à 9,1% au troisième trimestre. En Allemagne, les signaux ne sont pas bons également, l'indice ZEW mesurant la confiance des milieux financiers ayant chuté plus que prévu en octobre (-48,3 points), soit sa huitième baisse d'affilée.

Par ailleurs, les nombreuses publications de résultats d'entreprises ont animé la séance. Les annonces des banques américaines Goldman Sachs et Bank of America sont ressorties très mitigées.

Sur le front des valeurs

Le compartiment bancaire a été le principal contributeur au plongeon de la cote. Société Générale décroche de 4,99% , suivi de  BNP Paribas (-3,59%) et de Crédit Agricole (-3,26 %). Sur le SBF 120, Natixis abandonne 4,63%. 

De son côté, Dexia s'est redressée pour clôturer sur un rebond de 4,5% alors que le titre a perdu plus de 14% en séance. Qatar National Bank (QNB) envisagerait une offre sur Denizbank, filiale turque de Dexia. Par ailleurs, l'Assemblée nationale a approuvé les garanties apportées par l'Etat français au processus de démantèlement de la banque franco-belge.

Lanterne rouge du CAC, GDF Suez dégringole de 5,86 % affecté par des craintes sur sa filiale belge Electrabel. Selon le journal l'Echo, le groupe pourrait être lourdement ponctionné par les mesures bugdgétaires envisagées en Belgique.

Sur fond de ralentissement économique, les valeurs cycliques sont attaquées. C'est le cas de Vallourec (-2,18%), d'ArcelorMittal (-1,81%),  et du secteur automobile. Peugeot cède 0,96 % et Renault 1,41 %.

Quelques valeurs sont parvenues à surnager : Michelin bénéficie d'un avis positif de JP Morgan alors que le broket s'est montré négatif sur le secteur automobile. Le titre du groupe de pneumatique grimpe de 2,78% et signe la meilleure performance du CAC40.

Danone (+2,2%) profite de la publication de son chiffre d'affaires trimestriel. Le groupe agroalimentaire a enregistré une hausse de 10,5% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre à 4,8 milliards d'euros et confirmé ses objectifs pour 2011.

LVMH a eu moins de succès auprès des investisseurs. Le titre de groupe de luxe ne progresse que de 0,4% après avoir annoncé des ventes en hausse de 17,6% à 6,01 milliards d'euros au troisième trimestre.

Hors CAC40

Air France-KLM décroche après l'annonce officielle du départ de son patron Pierre-Henri Gourgeon.Le titre de la compagnie aérienne cède 2,48 %.

Plus forte baisse du SRD, Soitec plonge de 18,58 % alors que le fabricant de plaques de silicium pour l'industrie des semiconducteurs a lancé un avertissement sur ses résultats. Il s'attend à une perte opérationnelle pour le premier semestre de son exercice décalé 2011-2012.

Devise et pétrole

Sur le marché des changes, la monnaie européenne était stable face au billet vert autour du seuil de 1,37 dollar à la clôture des marchés boursiers européens. 1 euro vaut 1,3718 dollar.

Les cours du brut évoluent pour leur part de façon contrastée. Le baril de WTI s'échange contre 86,661 dollars et le baril de Brent de la Mer du Nord contre 109,19 dollars.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.