En 5 ans, EDF et GDF Suez ont perdu la moitié de leurs capitalisations boursières

 |  | 314 mots
Lecture 2 min.
La capitalisation boursière d'EDF a profondément chuté entre 2008 et 2013 / Reuters.
La capitalisation boursière d'EDF a profondément chuté entre 2008 et 2013 / Reuters. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les capitalisations boursières d'EDF et de GDF Suez ont chuté de 39 places entre 2008 et 2013, selon le classement publié, ce mercredi, par l'agence d'audit PwC qui répertorie les valeurs en Bourse des 100 plus grandes entreprises européennes. Nestlé arrive en tête, Volvo prend la dernière place.

Et 39 places de moins ! Entre août 2008 et août 2013, les valeurs boursières d'EDF et de GDF Suez ont dégringolé, rapporte le classement sur les capitalisations boursières des 100 plus grandes entreprises européennes publié, ce mercredi 23 octobre, par le cabinet d'audit PwC.

Une capitalisation générale en hausse

La date de 2008 n'a pas été choisie au hasard, elle permet de comparer les résultats actuels des sociétés à ceux enregistrés avant la crise. Le fournisseur français d'électricité EDF est ainsi passé de la 10ème à la 49ème place avec une capitalisation boursière rabaissée de 98,8 milliards à 40,9 milliards d'euros. De son côté, le géant français de l'énergie GDF Suez chute de la 13ème à 52ème place (de 86,7 à 39,8 milliards d'euros).

Des résultats qui ne sont pas dans l'air du temps, puisque la valeur boursière actuelle de l'ensemble des 100 entreprises a progressé de 7% par rapport à 2008, à un total de 4.875 milliards d'euros. Nestlé prend la tête du classement 2013 et gagne six places en cinq ans avec une capitalisation boursière de 164,111 millions d'euros contre 110,972 millions d'euros auparavant.

> Nestlé confirme ses objectifs annuels malgré la crise.

Anheuser-Busch tire son épingle du jeu

Viennent ensuite la banque britannique HSBC avec 160,6 milliards d'euros (+1 place), le groupe pharmaceutique suisse Roche avec 159,8 milliards d'euros (+5 places), la compagnie pétrolière néerlandaise Royal Dutch Shell avec 158,5 milliards d'euros (-2 places) et le groupe pharmaceutique suisse Novartis avec 146,3 milliards d'euros (+4 places).

La plus forte hausse profite au producteur de bière belge Anheuser-Busch (+ 68 places), passant de 26,1 à 117,4 milliards d'euros. La plus grande baisse touche le groupe énergétique allemand E.ON (-72 places), chutant de 81,1 milliards à 25,6 milliards d'euros. Le constructeur automobile suédois Volvo ferme le classement avec une capitalisation boursière de 23,7 milliards d'euros (contre 16 milliards en 2008).

> Le suédois Volvo fait son autocritique et reconnaît ses erreurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/10/2013 à 21:22 :
Ce titre racoleur comme d'ab ne veut rien dire .La bourse monte et quand ils serront au plus haut le meme journaliste dira le contraire et les memes commentateurs aussi oubliant ce qu'ils on tous dit avant !Qu'elle rigolade les autres mais quelle rigolade.......
a écrit le 23/10/2013 à 20:10 :
Pour ma part j ai acheté des actions en 2012 à 17?.
Aujourd'hui les mêmes actions sont à 25,60?.
Avec prés de 50% de bonus c'est mieux que le Livret A !
a écrit le 23/10/2013 à 15:08 :
Il n'y a que les neuneus qui investissent dans des sociétés ou l'Etat possède une participation importante ou qui ont des tarifs régulés. Les objectifs sont différents : l'Etat , c'est le populisme ( prix du gaz, une hausse scandaleuse, etc...) , les actionnaires c'est le profit ( un bien vilain mot).
Alors quand on ne peut pas augmenter les prix comme on veut, et qu'il faut bien investir pour maintenir ou renouveller les équipements, ben on s'endette. Le résultat net de GDF Suez a été divisé par 2 entre 2008 et 2012, principalement a cause des interets bien plus élévés. La dette a doublé. Apres, on peut toujours pleurnicher.
Réponse de le 25/10/2013 à 15:18 :
prenez des actions de fournisseurs qui font fructifier leur capitaux au bengladesh avec les consequences que l on sait mais faut savoir ce que l on veut
a écrit le 23/10/2013 à 14:44 :
1, 3 et 5.. hop Suisse comme on dit. Non, parce que y en a encore qui croient que la Suisse c'est des banques et du chocolat..Ben non, c'est 8 millions d'habitants et 10% des capitalisations du continent, le tout sans perfusion de l'état comme EDF, etc... (et pas d'Euros, comme les UK, c'est peut-être le secret de la réussite)
Réponse de le 23/10/2013 à 16:42 :
ou alors, c'est parce qu'ils font moins de social et imposent moins les sociétés, les gens (je n'ai pas les chiffres) ou qu'ils ont moins de fonctionnaires/nbre d'habitant que nous ou que les suisses sont moins bêtes que les français ou ...
a écrit le 23/10/2013 à 14:41 :
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/72468.htm
a écrit le 23/10/2013 à 14:32 :
EDF et GDF Suez sont de futur ENRON ou TEPCO en puissance. La valorisation s'ajuste en conséquence. L'énergie à la papa ça finira. La décentralisation des moyens de productions commence déjà (Ex : Allemagne).
Réponse de le 23/10/2013 à 15:03 :
+10
Réponse de le 23/10/2013 à 15:44 :
+1 Je plousois ! http://www.latribune.fr/green-business/20131023trib000792002/en-allemagne-l-energie-verte-est-une-affaire-de-citoyens.html
Réponse de le 23/10/2013 à 15:56 :
En cas de catastrophe c'est Suez qui fournis , distribue et vend l'eau a EDF mdr ;-))
a écrit le 23/10/2013 à 14:22 :
l essentiel les agents conservent leurs privilèges impossible de chiffrer le montant ainsi que les pertes de taxes et impôts .. surtout dans la periode aussi dure pour certains travailleurs .... bientôt l explosion est inevitable
Réponse de le 23/10/2013 à 14:51 :
Vous semblez ignorer que les frais de personnel sont < 20% du CA chez EDF. Ce qui coute c'est surtout la CSPE et autres taxes imposées par les gouvernements successifs.
a écrit le 23/10/2013 à 13:46 :
La Tribune, cet article n'est ni fait ni à faire! Si vous voulez faire un article sur la capitalisation boursière d'EDF et GDF faites-en un vraiment en essayant d'expliquer le pourquoi du comment. En revanche, si vous soulez dire que PWC a sorti un nouveau classement des plus grosses valeurs boursières, il faudrait préciser que les entreprises qui ont le plus progressé sont celles de la distribution, la grande consommation et la santé. Inversement, l'énergie est le grand perdant: seules 18 sociétés sont dans ce classement (contre 25 ds la classement précédent). Ds ce cadre, la performance d'EDF et de GDF-Suez suit la tendance dans le secteur. Tous les autres journaux l'ont précisé ds leur article, sauf vous. Je vous encourage à pousser l'analyse un peu plus loin dans certains articles. Pour finir sur une note positives, il y a plein d'articles ds La Tribune qui sont bien par ailleurs.
Réponse de le 23/10/2013 à 14:24 :
Arrêtez de vos bercez d'illusions en camouflant le désastre financier d'EDF. Quand ont commercialise une technologie aussi foireuse que le nucléaire on a pas d'avenir (idem pour le pétrole). Lisez donc donc cet article http://www.latribune.fr/green-business/20131023trib000792002/en-allemagne-l-energie-verte-est-une-affaire-de-citoyens.html et vous comprendrez qu?une grande partie la production et consommation de l'énergie reviendra tôt ou tard entre les mains des citoyens.
Réponse de le 23/10/2013 à 14:54 :
Je dis juste que l'article oublie de dire toutes les entreprises de l'énergie ont dévissé dans ce classement. Et vous ne m'ôterez pas de l'idée que c'est en partie parce qu'elle étaient surcôtées en 2008. Après une cause secondaire peut être en effet l'essor des énergies vertes (mais ça reste marginal aujourd'hui même s'il y a 1 ou 2 initiatives en Allemagne). Maintenant, venons en au c?ur du problème: EDF est mal gérée et a de nombreux problème internes.Et là, j'ai conseillé à La Tribune de faire un vrai article pour expliquer le pourquoi du comment. S'il s'avère qu'EDF et GDF-suez ont plus chuté que les autres sociétés de l'énergie, il faut que La Tribune le dise dans l'article. tout ça pour dire que qd on regarde la performance d'une entreprise, il faut regarder l'évolution du secteur d'activité entier!
Réponse de le 23/10/2013 à 17:22 :
Il est impossible gérer un Mammouth sclérosé par une mafia corporatiste comme EDF. Il faut attendre qu'un évènement extérieur (compétitivité des enr, accident nucléaire...) le fasse s'effondrer c'est tout.
Réponse de le 25/10/2013 à 15:24 :
c est lamentable qu on ne reconnaisse pas la maturite thechnique d edf il aurait fallu qu elle subisse elle aussi une catastrophe nucleaire pour que vous en rajoutiez encore un louche
a écrit le 23/10/2013 à 13:30 :
" la compagnie pétrolière allemande Royal Dutch Shell avec 158,5 milliards d'euros (-2 places) " , dites-moi LT, vous êtes sur ?
Réponse de le 23/10/2013 à 13:38 :
EDF est plombé par les dettes puis plombé par les salaires qui bouffent 45% du CA ET ENFIN LE DEMENTELEMENT DES CENTRALES NUCLEAIRES NON FINANCE des dizaine de milliars d'euros EDF est une coquille vide ...........................................
Réponse de le 23/10/2013 à 13:51 :
Houlà !!! même columbo@ est sur l'affaire, alors correction : Royal Dutch Shell, communément connu comme Shell , est un anglo-néerlandais multinationnale pétrole et gaz société constituée au Royaume-Uni et dont le siège est aux Pays-Bas. Créé par la fusion de Royal Dutch Petroleum et Shell au Royaume-Uni Transport & Trading. Mais c'est bien sûr, on l'a échappé belle !!!
http://en.wikipedia.org/wiki/Royal_Dutch_Shell
Réponse de le 25/10/2013 à 15:26 :
d ou viennent vos chiffres de pochettes surprise ?
a écrit le 23/10/2013 à 13:16 :
Oui, mais la progression du coût de nos EPR me rassure !! Flamanville : annoncés à 3,3 milliards en 2005, 6 milliards en 2011, 8,5 milliards en 2012.
http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/12/03/le-cout-de-l-epr-de-flamanville-encore-revu-a-la-hausse_1799417_3244.html ?
http://www.lepoint.fr/economie/epr-au-royaume-uni-le-cout-du-nucleaire-en-question-21-10-2013-1746319_28.php
a écrit le 23/10/2013 à 13:04 :
Vont ils se rembourser sur notre dos???<
a écrit le 23/10/2013 à 12:57 :
Trop c'est trop ! j'ai toujours été un lecteur assidu de la tribune , mais là , cet article inodore , incolores et insipide , est truffé de fautes de connaissance .
Depuis quand Royal Dutch Shell est Allemand ? Ce journaliste n'aurait jamais compris la différence entre Deutsche et Dutch ??? Vive l'Europe ! Et je parie qu'il ne connais pas la différence entre La Haye et Berlin !
Heureusement que le ridicule ne tue pas ....
a écrit le 23/10/2013 à 12:49 :
Comme disent nos Zélas Apparatchiks radioactif, "le nucléaire à un bel avenir."..et la valeur boursière d'EDF le reflète bien !
Réponse de le 23/10/2013 à 13:21 :
+1 ! Plus EDF vendra des EPR à 8 milliards plus sa valeur baissera en bourse...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :