EDF va investir 50 milliards d'euros pour moderniser ses centrales nucléaires

 |   |  467  mots
Un programme d'investissement de 50 milliards d'euros. C'est ce que compte déployer EDF au cours de la période 2012-2025, selon une information des Echos. L'objectif ? Une mise en conformité de ses 58 réacteurs nucléaires avec les nouvelles règles de sécurité apparues après Fukushima. Et il s'agit également d'allonger de 40 à 60 ans la durée de vie de ses réacteurs.
Un programme d'investissement de 50 milliards d'euros. C'est ce que compte déployer EDF au cours de la période 2012-2025, selon une information des Echos. L'objectif ? Une mise en conformité de ses 58 réacteurs nucléaires avec les nouvelles règles de sécurité apparues après Fukushima. Et il s'agit également d'allonger de 40 à 60 ans la durée de vie de ses réacteurs. (Crédits : Reuters)
Avec cet investissement étalé sur une dizaine d'années, le groupe compte ainsi prolonger la durée de vie de ses centrales nucléaires de 40 à 60 ans. Mais la tâche risque néanmoins de s'avérer compliquée pour EDF.

Un programme d'investissement de 50 milliards d'euros. C'est ce que compte déployer EDF au cours de la période 2012-2025, selon une information des Echos. L'objectif ? Une mise en conformité de ses 58 réacteurs nucléaires avec les nouvelles règles de sécurité apparues après Fukushima. Et il s'agit également d'allonger de 40 à 60 ans  la durée de vie de ses réacteurs.

A court terme, et même si l'autorité de sureté nucléaire (ASN) va sans doute exiger des investissements complémentaires, cette option se révèle moins coûteuse que la création de nouvelles centrales dernière génération : le prix d'un EPR s'élevant à 8,5 milliards d'euros.

>> Flamanville : le prix d'un EPR s'envole à 8,5 milliards d'euros

"Les organisations actuelles ne permettent pas de relever ce défi technique"

Bon nombre de difficultés vont cependant être à surmonter et elles sont de taille. "Les organisations actuelles ne permettent pas de relever ce défi technique et de bien maîtriser les risques liés aux différentes activités", souligne EDF d'après les Echos. En cause également, le taux de disponibilité que le groupe souhaite voir repartir à la hausse dans les mois qui arrivent et qu'EDF pose même comme condition préalable au chantier.

Mais le maintenir à un niveau plus élevé qu'actuellement risque d'être compliqué dans la mesure où les travaux vont nécessiter l'arrêt de certaines centrales.

7.500 embauches en deux ans

Par ailleurs, afin de rassurer les syndicats et d'emporter leur adhésion, la direction s'est engagée à fortement embaucher et un accord a été signé entre les deux camps. Ce dernier prévoit le recrutement de 7.500 nouveaux salariés dans les métiers techniques entre 2013 et 2015 qui viendront compenser les 4.500 départs à la retraite sur la même période.

>> Les salariés d'EDF gagnent trop d'après la cour des comptes

Au total, entre 100 et 120 milliards d'euros sur dix ans

Quoi qu'il en soit, ce montant de 50 milliards d'euros pour financer les travaux de modernisation des centrales du groupe n'est pas une surprise. Fin juillet, le président d'EDF, Henri Proglio, avait chiffré le montant de ce chantier à 55 milliards d'euros. En avril, ce dernier affirmait également que les investissements d'EDF (production, infrastructures, optimisation dans le nucléaire et hors-nucléaire) allaient s'élever au total à plus de 100 milliards d'euros sur une période de dix ans.

>> EDF prévoit d'investir entre 100 et 120 milliards d'euros sur dix ans

Fessenheim : une fin toujours programmée en 2016 ?

Si ce plan d'investissement devrait satisfaire les pro-nucléaires, cela ne devrait en rien changer l'avenir de Fessenheim. François Hollande s'est encore engagé ce vendredi à ce que la plus vieille centrale nucléaire française en activité baisse pavillon à la fin de l'année 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2013 à 16:19 :
La grosse arnaque c'est qu'on fait croire aux moutons-consommateurs que la facture va se monter à (seulement) 50 milliards c a d un supplément ridicule de 3 centimes / kWh sur leur facture actuelle pour avoir encore 20 ans d'électricité nucléaire...En réalité, comme le lobby nucléaire est surtout un lobby "d'experts tricheurs sur le calculs des couts", la facture fera au moins le double, mais ça c'est uniquement pour la partie équipements à acheter. Dans le nucléaire les 2/3 des couts sont variables (personnel, retraites, maintenance, combustibles, dechets...). D'autre part si la démocratie est respectée, l'ASN va logiquement exige encore de nouveaux travaux d'amélioration lors des 2° visite décennale, vers 2025. Au final le brave mouton-contribuable va se retrouver avec une douloureuse qui approche les 400 milliards pour le cout complet du nucléaire pour les 20 prochaine années. Voila qui est parfaitement en ligne avec l'annonce de 30 % de hausse des tarifs EDF d'ici 2016 et 50% de hausse d'ici 2020, ça n'a strictement rien à voir avec les renouvelables et ce n'est que le début des (bonnes) surprises . Vous vouliez du nucléaire par cher et écolo ? Vous aurez des vieilles pétaudières extraordinairement dangereuses, ruineuses, sans assurance en cas d'accident et sans avoir de solution de rechange/remplacement pour l'après 2030. Bienvenue en Atom'Cratie !
Réponse de le 23/10/2013 à 12:12 :
Donc pas étonnant que cette entreprise a vu sa valeur fondre en bourse. Et si je suis le raisonnement ci-dessus EDF sera "obligée" de vendre son électricité à 30 centimes en 2030, que ce soit en GB ou en France. Face à de tels tarifs ceux qui auront des panneaux solaires, éoliennes seront largement en dessous de ce tarif et même probablement en y incluant un stockage lithium
a écrit le 27/09/2013 à 15:53 :
Si EDF dit 50 milliards alors vous pouvez être certain qu'en réalité ça sera au moins 100 milliards car ce sont les champions toute catégorire du mensonge et de la désinformation. Encore une preuve qu'EDF ment sur les chiffres: Dans son site sur la Transition Energétique, EDF exagère d'un facteur 2 ou 3 le cout de l'énergie solaire. https://www.lenergieenquestions.fr/nouveau-record-de-performance-pour-des-panneaux-photovoltaiques/#comment-2327 Explications: 229 euros et 370 euros le MWh, ça c?était en 2011, mais désormais on est en 2013, le tarif ?subventionné? de rachat est passé à 80 euros pour les grandes installations, 170 euros pour les tailles moyennes et 300 euros pour les petites installations en toiture et il baisse de 7% chaque trimestre ! Et encore c?est surestimé d?environ 50 euros / MWh car le vrai prix de revient de l'électrcité subventionnée doit tenir du cout de production ou d?achat évité qui est en moyenne de 50 euros. Si on veut connaitre le prix du kWh sans subventions en sortie d?un panneau solaire, alors il faut diviser son cout d?achat (il n?y a pas de frais variable car la plupart du temps il n?y a besoin d?aucune maintenance ni intervention pour son fonctionnement) par sa production électrique durant toute sa durée de fonctionnement garantie (25 ans). Donc calculons: une petite installation solaire de 3 kW pour l?autoconsommation (pas de revente subventionnée à EDF) coute actuellement environ 10 000 euros TTC et produit 4 000 kWh / an dans le sud de la France. Donc pendant 25 ans l?installation produira 100 000 kWh. Ca donne un cout du MWh de 100 euros, très en dessous de chiffres donnés dans cet article et très en dessous du tarif particulier HP d'EDF qui est désormais à 150 euros / MWh. Si maintenant on prend le cas d?une grande installation le cout est divisé par 2 c a d 50 euros / MWh. Conclusion: dès aujourd?hui, dans les régions ensoleillées, l?électricité solaire non subventionnée est compétitive.
a écrit le 24/09/2013 à 21:25 :
J'essaie de comprendre entre cette décision et la transition énergétique. En 2025 (dans 11 ans), on devrait diminuer notre consommation de moitié. La modernisation des centrales va les prolonger de 20 ans avec un programme sur 10 ans. 20+10=30. 2014+30=2043!... En 2025, on devrait fonctionner 100% nucléaire... Certainement en prévision de l'assèchement des barrages compte tenu du réchauffement climatique, des nuages qui limiteront l'impact du soleil ou des tempêtes qui neutraliseront les éoliennes!
Réponse de le 26/09/2013 à 10:41 :
Si vous croyez aux promesses des politiques, qu'ils soient de droite ou de gauche, vous êtes vraiment un Bisounours ! Les promesses politiques n'engagent que ceux qui y croient...
a écrit le 23/09/2013 à 18:32 :
Tant qu'il n'y aura pas de grave accident nucléaire en France, aucun souci, risque zéro ? De plus, les déchets sont déjà un problème pour les générations actuelles alors pour les futures.... Avant 2025, il peut s'en passer des choses. En espérant qu'EDF forme assez d' ingénieurs qualifiés pour superviser la bonne marche sécuritaire des centrales. Les consommateurs ont payé pour la construction des centrales, pour leur entretien, pour leur prolongation de vie incertaine et à partir de 2025 peut-être pour leur démantèlement, si on arrive à remplacer cette énergie "propre" par une autre énergie moins risquée et aussi avantageuse sur le territoire.
a écrit le 23/09/2013 à 17:33 :
Ce nid de fonctionnaires qui demande toujours encore du fric pour jouir de ses avantages grace a nos impots ,une vraie pompe a fric !
a écrit le 23/09/2013 à 16:34 :
Sachant qu'une centrale s'auto-détruit tout les 25 ans et que l'on a 1/4 des centrales construites, il me semble que l'on prend de gros risques. Aux USA l'allongement des centrales à été opéré, et 1/3 on eu des fuites. Certaines on fermé plus tôt de se fait. Je doute que l'intérêt risques/bénéfices soit en faveur de cette solution de modernisation. Mieux vaudrait utiliser ces 50 milliards pour entamer une transition énergétique et mutualiser nos moyens avec les allemands déjà investi dans cette tâche.
a écrit le 23/09/2013 à 15:46 :
Comme d'hab notre génial Technocratie met sous le tapis le cout d'une provision financière en cas d'accident (à a louche il faudrait 100 milliards) et la remplace par un "bricolage sécuritaire" à 50 milliards en nous garantissant ,promis-juré-craché, qu'avec y'a AUCUN risque d'avoir un accident...encore plus fort que David Copperfield !
a écrit le 23/09/2013 à 15:19 :
En fait les EUR 50 Mia ne servent seulement à mettre les centrales aux normes minimales internationales suite à un stress test.
http://www.actu-environnement.com/ae/news/audit-surete-communication-commission-europeene-16735.php4
a écrit le 23/09/2013 à 15:12 :
Donc à la louche ça fait 2 milliards par réacteur pour la prolongation + mise aux normes Fukushima pour une durée de 20 ans. C'est équivalent à un EPR d'une durée de vie de 60 ans qui couterai 6 milliards. Ca veut dire que les couts de productions vont "exploser" et le prix de l'électricité augmentera en moyenne de 50% d'ici 10 ans.
a écrit le 23/09/2013 à 15:08 :
Comme par hasard le lendemain de la conf environnementale ou Hollande dit qu'il va prendre sur les bénef des centrales, EDF annonce le budget pour le prolongation des centrales actuelles. Bien coordonné les annonces. Ca montre vraiment que l'ASN c'est de l'enfumage, toute les décisions sont déjà prises alors que l'ASN n'a donné aucun avis ni aucune autorisation pour les prolongations...super rassurant pour la sécurité.
a écrit le 23/09/2013 à 13:52 :
Si l'on fait abstraction de la partie financière,en regardant la partie technique,l'on reste dubitatif sur le rallongement de la durée de vie d'une centrale portée de 40 à 60 ans ,la cuve partie vitale qui est soumis à des contraintes physiques énormes(hautes températures,bombardement neutronique) tiendront-t-elles aussi longtemps,en Belgique ils se sont aperçus qu'il y avait des microfissures sur certaines cuves.Je ne parle pas de tout les équipements contigus évidemment 68 centrales voir un peu moins,c'est un boulot colossale mine de rien.
a écrit le 23/09/2013 à 12:06 :
Mort de rire car je me demande comment EDF va les trouver ces 50 milliards. EN janvier, ils ont du émettre des titres hybrides perpétuels (c'est à dire une dette à l'infini jusqu'au rachat par EDF des dits titres) avec des taux atteignant les 6% en euro (4.75 + 1.25) et les 6,5% en Sterling. Avec des taux pareils, EDF ne pourra jamais lever 50 milliards (3 milliards d'intérêts par an), ni envisager sereinement de racheter sa dette si EDF venait à ré-émettre ce genre de titres. Ce genre de déclaration est plutot probablement lié au contexte électoral sous la pression de qui on sait ... Pour info : http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL6N0AQD4K20130121?pageNumber=1&virtualBrandChannel=0
a écrit le 23/09/2013 à 11:58 :
Il serait peut-être plus judicieux d'abonder un fond de trésorerie en vue soit d'un coût de démantèlement des centrales (Fessenheim non provisionné) soit d'un éventuel vrai gros problème type Fukushima (le live au Japon devrait interpeller). Car pour l'instant, rajouter régulièrement des décennies de vie aux centrales existantes, ne fait que refiler aux prochaines générations l'entière résolution de ces bonnes questions. Comme pour les retraites quoi!
a écrit le 23/09/2013 à 11:58 :
c'est un bon début..
a écrit le 23/09/2013 à 11:40 :
Il est tellement plus débile de claquer 50 milliards pour garder ces grosses Merd... que de développer l'hydrogène. Décidement avec ces managers complètement nulles on aurait jamais vu le concorde, les stratégies des centrales datent de DE GAULLE waoo ça sent bon la nostalgie ! On va inventer autre choses un jour ???
Réponse de le 24/09/2013 à 19:48 :
Je suis d'accord avec vous pour les Smart Grids et les énergies renouvelables pour les besoins des particuliers. Il reste néanmoins les besoins industriels à couvrir, et ces énergies ne répondent pas aux besoins. Le patronat allemand a d'ailleurs demandé à Merkel de déprioritiser les énergies renouvelables dans le réseau afin que les usines de l'industrie lourde ne subissent les effets des micro coupures (plusieurs fours se sont arretés avec des centaines de milliers d'euro de nettoyage et remise en état par four). Ce que je constate c'est que le CEA s'entéte avec un Gen IV au Sodium pour 2020 alors que les russes en ont un et surtout en auront 2 en 2015. Pendant le temps que l'on perd son énergie sur du Gen IV compliqué (en raison du Sodium) et que l'on consomme des ressources financières importantes, alors les chinois investissement 1 milliard USD dans un Gen IV prometteur qui plus est encouragé par notre académie des sciences. A la fin, nous finirons avec nos EPR et nos vielles bécanes, et les chinos occuperont tout l'espace ... Merci en tout cas pour votre dernier commentaire.
Réponse de le 25/09/2013 à 10:04 :
Paulo, j'aimerais bien savoir ou vous allez chercher cette info des "micro-coupure" chez les industriels. ? (en Allemagne il y a généralement 3 fois moins de "coupure" qu'en France, l'électrcité y est parmi la plus fiable du monde). Pour le moment les industriels bénéficient de tarifs ultra-bas pour leur électricité, en France, comme en Allemagne. Le faible investissement des industries lourdes dans les ENR est principalement du à la faillite complète du marché "libre" de la taxation du carbone donc du CO2 , qui ne vaut quasiment rien, en France comme en Allemagne. C'est un vrai crime écologique, une grande hypocrisie mondiale qui limite économiquement le développement des énergies propres et qui va déclencher un enfer climatique. Si on taxait progressivement correctement le carbone sans possibilité d'en redescendre le prix, automatiquement les renouvelables trouveraient leur place absolument partout, y compris dans l'industrie lourde, car on sais produire en grands volumes (hydro, éolien, biomasse..) et on sait stocker et distribuer l'électricité ( lignes HDVC, pompage, power-to-gaz...).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :