A Londres, la Bourse réalise une première séance d'après-Brexit en fanfare

 |  | 475 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Stefan Wermuth)
Avec un pic à plus de 3%, la Bourse de Londres commence bien l'année 2021 pour sa première séance depuis que le Royaume-Uni est sorti du marché unique européen, grâce en particulier aux espoirs suscités par les campagnes de vaccination.

Si certains pouvaient craindre un ralentissement de la seconde place boursière mondiale à la suite du Brexit, l'indice phare de la City n'y a rien laissé paraître ce lundi 4 janvier. « Le FTSE-100 entame 2021 avec style et un gain impressionnant de 3% », note ainsi Joshua Mahony, analyste chez IG. À 14H30 GMT, l'indice londonien prenait en effet 2,76% à 6.638,98 points, quelques heures après avoir bondi de plus de 3%. Dans le même temps, le CAC 40 engrangeait également une croissance solide, mais à +1,75%.

Selon l'expert, « le Brexit a été finalement réalisé et il y a peu de signes montrant de quelconques difficultés ce qui atténue les craintes ». Pour rappel, le pays a officiellement quitté l'UE le 1er janvier au terme d'une période de transition de 11 mois et quelques jours après avoir conclu un accord de libre-échange avec son principal partenaire commercial. « L'accord se concentre sur les biens plus que sur les services, ce qui signifie qu'il faudra du temps avant de mesurer l'impact de la séparation sur les perspectives de croissance », prévient l'expert.

Lire aussi : "The deal is done" : le Brexit devient réalité

Les vaccins comme sources d'espoir

Les marchés étaient également soutenus en ce début d'année par les campagnes de vaccination dans le monde qui font espérer un retour à la normale prochainement, malgré la flambée des cas de contaminations.

« Les investisseurs pensent clairement que le vaccin va permettre une forte reprise, peut-être après un premier trimestre difficile », note Russ Mould, analyste chez AJ Bell.

Le Royaume-Uni est devenu lundi le premier pays à administrer à sa population le vaccin développé par le laboratoire britannique AstraZeneca et l'université d'Oxford.

Lire aussi : Cinq choses à savoir sur le très attendu vaccin AstraZeneca/Oxford

Secteur minier, pétrolières et paris sportifs en hausse

Ces valeurs ont été encouragées par un indicateur chinois montrant que l'activité manufacturière est solide en Chine, premier importateur au monde de métaux. Elles profitaient également de la baisse du dollar qui soutient les cours. BHP prenait 5,45% à 2.030,00 pence et Rio Tinto 5,80% à 5.787,00 pence.

En parallèle, le secteur pétrolier était recherché alors que les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs partenaires, emmenés par l'Arabie saoudite et la Russie, se retrouvent par visioconférence pour arrêter la quantité de brut à remettre sur le marché mondial le mois prochain. BP gagnait ainsi 3,22% à 263,00 pence et Royal Dutch Shell (action "B") 2,48% à 1.290,61 pence.

Enfin, le groupe britannique de paris sportifs et jeux d'argent, propriétaire de la populaire enseigne Ladbrokes, a refusé une proposition de rachat à 8 milliards de livres (8,86 milliards d'euros environ) émise par le géant américain des casinos MGM. Il a de ce fait enregistré une hausse de +26,67% à 1.435,83 pence.

Lire aussi : La City de Londres, encore loin devant Paris malgré le Brexit

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2021 à 18:29 :
Mdr encore un bel exemple de propagande européenne, c'est tellement gros. Les anglais sont sorties grâce aux vaccins 😂😂 j'arrive plus à m'arrêter de rire. Les anglais ont quitté ce trou, ce vieux projet, ce truc ringard. Ils vont cartonner pendant qu'on va apprendre le chinois 😂 tellement drôle.... Le vaccin....
a écrit le 04/01/2021 à 17:58 :
La bourse de Londres qui accuse un grand retard par rapport aux autres bourses européennes ne fait rattraper une partie de ce retard. En faire une affaire d'idéologie pro ou anti brexit est plutôt ridicule.L'effet de base (les valeurs étant décotés) donne une illusion optique qu'il faut relativiser car si tout a par exemple chuté de 50 % , il ne faut pas oublier qu'il faut une progression de 100% pour revenir à l'origine.
a écrit le 04/01/2021 à 16:33 :
Merci beaucoup, que ça fait du bien de rire ! :-)

"Si certains pouvaient craindre un ralentissement de la seconde place boursière mondiale à la suite du Brexit,"

Non, il n'y avait que ceux qui l'espéraient qui nous le prophétisaient, d'ailleurs le prophète européiste est le plus performant du monde, d'une mule il en fait un étalon en quelques secondes:

Abracadabra... et je transforme un consortium européen financier en... ah ben zut ça marche toujours pas ! ^^

Vite un frexit, les mythos on en a soupé, merci.

L'UE qui sacrifie toujours plus les citoyens européens pour ses marchés financiers s'est encore magistralement plantée. "Born to lose".

Vite un frexit

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :