Après l'année du « Draghi », que réserve la Bourse pour 2013 ?

 |   |  693  mots
L'indice CAC 40 devrait gagner 9% en 2013, selon les analystes sondés par Reuters. Copyright Reuters
L'indice CAC 40 devrait gagner 9% en 2013, selon les analystes sondés par Reuters. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'indice Dow Jones Euro Stoxx 50 a grimpé de 14,4% en 2012. Les analystes et gérants sondés par Reuters tablent sur une hausse de 10%, en 2013.

En 2012, le Père Noël des investisseurs est arrivé avec six mois d'avance. Le 26 juillet, en clamant haut et fort que la Banque centrale européenne (BCE) ferait tout pour préserver la zone euro, Mario Draghi, son président, avait déclenché un rebond des marchés d'actions européens. Lesquels s'étaient affolés au premier semestre, en voyant l'Espagne s'enfoncer dans la crise des dettes souveraines, à la suite de la Grèce, avec à la clé cette question lancinante : à qui le tour ? Tombé en dessous des 3.000 points début juin, le CAC 40 s'est joliment rattrapé depuis le discours de « Super Mario. » L'indice vedette de la Bourse de Paris a grimpé de près de 16% sur l'ensemble de l'année 2012, à 3.652,76 points le 24 décembre, en séance. Une performance d'autant plus significative que le CAC 40 avait plongé de 19% en 2011, en raison de l'intensification de la crise grecque.

Les Bourses européennes surperforment les marchés américains

Les marchés européens sont à l'unisson : l'indice Dow Jones Euro Stoxx 50, qui regroupe les 50 premières capitalisations boursières de la zone euro, a rebondi de 14,4% depuis le début de l'année. Une progression qui se paie même le luxe de dépasser légèrement celle de Wall Street, où l'indice S&P 500 gagne 13,7% depuis janvier. « L'Europe a progressé sur deux dossiers chauds. En Grèce, les députés ont adopté le nouveau plan d'austérité conditionnant l'aide européenne, et l'Europe a finalement accordé 37 milliards d'euros pour recapitaliser les banques espagnoles, en contrepartie d'une sévère restructuration », explique Vincent Guenzi, responsable de la stratégie d'investissement chez Cholet Dupont.

Des marchés européens faiblement valorisés

Mais, les investisseurs étant peu coutumiers des regards dans le rétroviseur, la question qui les taraude d'ores et déjà est celle des perspectives pour l'an prochain. Le point de vue de Hugues Le Maire, directeur général de Diamant Bleu Gestion, est fait pour les rassurer : « L'année 2013 sera propice aux actions européennes », assure l'expert. Une affirmation qui se fonde d'abord sur la valorisation de cette classe d'actifs, « l'une des moins chères au monde. »

De fait, le Dow Jones Euro Stoxx 50 affiche un PER (price earning ratio, rapport cours sur bénéfice par action) de 10,7 seulement pour 2013, alors que le S&P 500 se traite sur la base d'un multiple de 12,7, selon les estimations de Cholet Dupont. Les quelque 250 analystes et gérants de portefeuilles interrogés par l'agence Reuters n'hésitent donc pas à tabler sur une nouvelle hausse, de l'ordre de 10%, du Dow Jones Euro Stoxx 50, pour l'an prochain. Hausse qui devrait avoisiner 9% pour le CAC 40, selon leurs prévisions.

Une croissance de 0,2% seulement en Europe Continentale

Reste que « tous les facteurs de risque ne sont pas totalement dissipés, dans la zone euro », nuance Hugues Le Maire, qui cite notamment les « programmes de rigueur budgétaire nationaux, salutaires mais compromettant encore un peu plus les perspectives de croissance. » La croissance, ou plutôt l'absence de croissance, le mot est lâché. Si les économies américaine et chinoise semblent reprendre du poil de la bête, ce qui devrait se traduire par des progressions respectives de 2,1% et de 8,2% en 2013, selon le Fonds monétaire international (FMI), ce dernier anticipe en revanche une croissance de 0,2% seulement pour l'Europe continentale.

Vers un CAC 40 à plus de 3.800 points en janvier ?

Mais Joël Copp-Barton, directeur des produits actions européens chez Invesco Perpetual, refuse de succomber à la crainte d'une décennie perdue en Europe, comme celle que le Japon avait connue dans les années 1990. Certes, l'Europe de 2012 présente bien des traits communs avec le Japon de l'époque. A savoir un taux d'endettement élevé, des perspectives macro-économiques maussades et une population vieillissante.

Mais, « jusqu'à présent, l'Europe est parvenue à éviter bien des écueils auxquels s'était trouvé confronté le Japon dans les années 1990, et ce en partie grâce à l'action des responsables politiques », relativise Joël Copp-Barton. Alors, prêts pour un CAC à plus de 3.800 points dès janvier, comme l'envisage Fabrice Cousté, directeur général de CMC Markets France ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2012 à 6:40 :

natexis / air france / ext....marche de dupe-- la confiance est perdue
a écrit le 25/12/2012 à 23:13 :
Ne croyez pas les soit disant experts, car 1) Ce sont avant tout des vendeurs qui cherchent à vous refourguer leur camelote et à vous manipuler, dans un sens ou dans l'autre, 2) Ils ont été totalement incapables de prédire la crise des subprimes, celle des dette européennes, etc, donc vous pouvez vous faire une idée de leur niveau de compétence.
a écrit le 25/12/2012 à 20:22 :
Il faudrait plutôt regarder pourquoi le CAC40 monte. La réponse est moins réjouissante de ce que l'on veut bien nous faire croire : Tous les mois, le FED imprime 85 Milliards de dollars, qui vont tout droit s'investir dans les bourses. Conclusion, les USA achètent nos sociétés avec de la monnaie de singe. Et tout le monde est content !!!
a écrit le 25/12/2012 à 16:05 :
Les Etats Unis sont une fédérations et ils ont une agence fédérale, le "Internal Revenue Service" et un " budget fédéral " c'est ce qui manque à l'Union Monétaire. L'Internal Revenue Service (IRS) est l'agence du gouvernement des États-Unis qui collecte l'impôt sur le revenu et des taxes diverses (taxes sur l'emploi, impôt sur les sociétés, successions, etc..) et fait respecter les lois fiscales concernant le budget fédéral des États-Unis. Il fait partie du Département du Trésor. Source: WikipediA
a écrit le 25/12/2012 à 11:55 :
"Les analystes et gérants sondés par Reuters tablent sur une hausse de 10%, en 2013." Qu'auriez-vous voulu qu'ils fissent ? C'est comme demander à un poissonnier si son poisson est frais. Pensez-vous qu'ils va vous répondre : non ? Dire qu'il y a des gens qui financent ce genre de sondage ; et des journalistes qui les commentent... Merci tout de même Christine et joyeux Noël !
Réponse de le 25/12/2012 à 23:14 :
Et ceux qui financent ces sondages sont les grossistes en poisson, et les journaux vivent des publicités sur le poisson... Ils cherchent des pigeons...
a écrit le 25/12/2012 à 11:31 :
Oui bien sur comme l or a 2000 et AAPL a 1000!!!
a écrit le 25/12/2012 à 8:02 :
La libre circulation des marchandises entre pays aussi hétéroclite que le sont les pays de l'Union européenne, et ceci sans Union Fiscale, revient à appliquer la loi du plus fort.
Imaginons une famille nombreuse (17 personnes) à table et chacun se sert selon sa force et sa position. Si on plus on permet l?alliance entre les plus forts (axe franco-allemand ou Merkozysme) l?échec est garanti.
C'est l'Union Monétaire telle qu'elle fonctionne actuellement.
Il faut donc revoir les accords si l'Union Monétaire et l'Euro doivent survivre.
Réponse de le 25/12/2012 à 10:28 :
@Machiavelli: Comment fonctionnent les USA?
Réponse de le 26/12/2012 à 11:07 :
@Machiavelli : la différence, c'est que la libre circulation des marchandises implique le respect desdroits de propriété, cad l'inverse de la loi du plus fort. qui vous fore à acheter un produit plutôt qu'un autre ? personne. Aucun rapport avec l'union monétaire, votre analyse est faussée dès l'origine.
Réponse de le 26/12/2012 à 12:27 :
@ john galt,
apparaiment vous n'avez pas compris ce que "faire l'Europe signifie"
Nous ne sommes pas sur la même longueur d'onde en fait c'est un dialogue de sourds!
Mais je respecte le point de vue des autres, personneleent je suis pour un vraie Union Européenne. je répète don, ce qu'il nous manque c'est un budget fédéral comme aux Etats Unis si nous voulons reussir l'Union Monétaire..
Libre à vous de ne pas l'être.
a écrit le 24/12/2012 à 23:18 :
Il parait aussi que c'est a cause de gens super intelligents qui ont notamment invente pleins de produits financiers complexes que l'on est dedans; faut pas demander aux mêmes de trouver des solutions!!
Réponse de le 25/12/2012 à 23:16 :
Pourtant la plupar des responsables de la crise sont toujours aux commandes, et on continue à donner des postes aux anciens de Gldman et pire encore de Lehman (comme le ministre des finances espagnol, véridique, un ancien de cette boite à la faillite retentissante, quel CV...).
a écrit le 24/12/2012 à 21:49 :
SUR FRANCE INTER, ils ont dit que pour retrouver de tels niveaux d'inégalités ,il fallait remonter au Moyen Age !!!! C'est fou et quand on pense que nos élités nous présentent notre système économique comme le seul, le vrai, l'évident ,le meilleur, ça laisse songeur tout de même !!!! y'aurait pas d'autre modèle !!! .les journalistes ont dit aussi qu'il y avait même un type connu qui a dit qu'on sortira pas de la crise avec les types qui nous y ont foutu .
Réponse de le 26/12/2012 à 11:09 :
ceux qui font références aux inégalités sont des socialistes dont le fonds de commerce est la paresse et la jalousie des autres. Vous trovuez peut-être que nous vivions plus mal qu'au moyen age ou aux ages préhistoriques malgré nos différences de revenus bien plus importantes ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :