La Bourse de Tokyo au plus haut depuis Fukushima

 |   |  357  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Le Nikkei n'avait pas atteint un tel niveau depuis le tsunami du 11 mars 2011. Les investisseurs espèrent un redémarrage économique sous la direction des conservateurs revenus au pouvoir au Japon.

La Bourse de Tokyo n?avait plus flirté avec de tels sommets depuis l'accident nucléaire de Fukushima. A la clôture, l'indice Nikkei 225 des valeurs vedettes a gagné 0,91%, ou 92,62 points, à 10.322,98 points, soit au-dessus de son niveau du 11 mars 2011. Cette tragédie avait entraîné la chute de l?indice, qui depuis n?était pas franchement remonté à cause de l'inquiétude au sujet l'endettement européen et la croissance mondiale.

De son côté, l'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau est monté de 0,75%, prenant 6,38 points à 854,09 points. L'activité a été très intense, avec 3,47 milliards d'actions échangées sur le premier marché.

Un climat de confiance

Il faut dire que les indices sont nettement remontés ces dernières semaines. Depuis la convocation d'élections anticipées au Japon par le Premier ministre de centre-gauche de l'époque, Yoshihiko Noda. Le marché a tablé depuis sur une victoire des conservateurs nippons, qui ont effectivement remporté les législatives du 16 décembre et dont le chef, Shinzo Abe, a été élu mercredi Premier ministre en remplacement de Yoshihiko Noda.

Assouplir la politique monétaire

Le nouveau Premier ministre a promis de renforcer la pression sur la Banque du Japon (BoJ) pour qu'elle assouplisse beaucoup plus vigoureusement sa politique monétaire, afin de mettre un terme à la déflation qui sévit depuis près de quatre ans au Japon.

Recul du yen

Ce faisant, le nouveau Premier ministre veut également affaiblir le yen, dont l?insolente vigueur, depuis la crise financière de 2008-2009, nuit à la compétitivité à l'étranger des produits Made in Japan. Le discours de Shinzo Abe a plu aux investisseurs avant même sa victoire. Ce qui a entraîné un assez net recul du yen, qui s'est amplifié après le triomphe électoral de la droite. Le cours des actions des groupes de l'électronique et de l'automobile, entre autres, sont nettement montées en conséquence.

Autre motif de joie pour le marché tokyoïte, Shinzo Abe a promis de lancer rapidement un plan de relance budgétaire pour doper l'économie nippone, plongée dans la récession.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2012 à 10:31 :
Ça fait 20 ans qu'ils attendent un redémarrage économique (ça sera d'ailleurs le cas pour les USA) et faire tourner la planche à billets ne résout pas les problèmes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :