Immobilier : bulle ou pas bulle ?

 |   |  394  mots
DR
DR
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino

MonFinancier

Sur l'immobilier les études et les prévisions se suivent et ne se ressemblent pas. En France comme dans le reste du monde. Les alertes à la bulle se succèdent, dans certains pays, et dans certaines villes en particulier, mais les situations sont extrêmement contrastées entre les pays et au sein même d'un pays. On essaie d'y voir un peu plus clair...

L'IMMOBILIER ANGLAIS, AMÉRICAIN ET ALLEMAND
Il y a consensus sur l'immobilier en Angleterre. Et à Londres en particulier. La banque centrale Anglaise a même annoncé hier qu'elle allait remonter ses taux d'intérêt pour calmer l'euphorie. Aux États-Unis, c'est moins clair. Les prix ont doublé dans de nombreuses villes depuis 2009 mais la situation est plus saine qu'en 2007. En Allemagne où le pourcentage de propriétaires est un des plus faibles d'Europe, la hausse est lente mais régulière, mais on assistait le week-end dernier à des manifestations à Berlin contre la hausse des prix

L'IMMOBILIER FRANÇAIS
C'est la terre des contrastes selon une étude le Parisien/Orpi parue ce matin. Paris reste accrochée au sommet comme certaines grandes villes dynamiques alors que les petites villes et les zones rurales chutent.Il y a une certaine similitude entre les marchés financiers et les marchés immobiliers. Ils bénéficient largement des largesses des banques centrales et les valorisations sont globalement assez élevées mais ça ne bouge pas vraiment et le nombre de transactions se tasse. L'autre point commun entre les marchés financiers et le marché immobilier c'est finalement qu'on n'y voit pas très clair…Voir l'édito en vidéo

VENDEZ LA BOURSE ET LES EMPRUNTS D'ÉTAT ESPAGNOLS
Le règne de l'Espagne s'est terminé hier au Brésil.

ET PENDANT CE TEMPS EN FRANCE
Rien de nouveau. Grève à la SNCF. Négociation avec les intermittents. Aucune mesure concrète de réduction des dépenses publiques. Le pacte de responsabilité n'existe toujours pas. Et la droite se déchire. Je vous l'avais dit, rien de nouveau

LE GRAND PROJET DE LOI SUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE
A été présenté par Ségolène Royal hier. J'ai lu plusieurs fois les éléments principaux et je n'ai toujours pas compris de quoi ils...

 

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2014 à 9:17 :
Il ne peut pas y avoir de bulle sans une légende qui incite les particuliers à accepter les hausses de prix effréné, cette légende qui leur faisant croire que leurs placements seront sans risques et que les hausses seront éternelles à fait long feu avec la crise des subprimes les désillusions vont être grandes !
a écrit le 20/06/2014 à 9:03 :
La hausse des prix de l'immobilier est un très grand malheur pour une immense partie des Français!
La publicité sarcastique qui en est faites est repoussante et indécente!
En effet, 90%des Français ont intérêt à la baisse

90% des Français qui sont propriétaires le sont uniquement pour se loger
Ceux qui veulent acheter ont évidement intérêt à la baisse mais également ceux qui veulent vendre dans le seul but de racheter pour se loger!
Prenons l'exemple d'un bien à 400 000 Euros qu'un propriétaire souhaite vendre pour en acheter un plus grand d'une pièce à 500 000 Euros €!
Il devra payer pour sa pièce de plus
8% de frais de mutation sur 500 000 Euros € soit 40 000 Euros €!
6% de frais d'agence sur 500 000 Euros € soit 30 000 Euros €!
Les intérêts de son emprunt de 170 000 Euros sur 20 ans soit 30 000 Euros.€
Au total sa pièce de plus lui coutera 200 000 Euros €!
Si les prix étaient de moitiés sa pièce de plus ne lui aurai couté que 100 000 Euros €.
Seuls 10% des propriétaires qui spéculent, l'état, les notaires, les banques, les agents immobiliers ont intérêts à la hausse !
Nous voyons bien par cet exemple à qui profite la hausse et ceux qui s'en réjouissent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :