Dividendes : hausse record en cinq ans au deuxième trimestre

 |  | 524 mots
Lecture 3 min.
Les sociétés européennes, hors Royaume-Uni, ont versé 153,4 milliards de dollars (114,8 milliards d'euros) de dividende au deuxième trimestre.
Les sociétés européennes, hors Royaume-Uni, ont versé 153,4 milliards de dollars (114,8 milliards d'euros) de dividende au deuxième trimestre. (Crédits : reuters.com)
Une politique monétaire favorable à la baisse des taux et une augmentation des bénéfices des entreprises ont permis aux actionnaires européens de voir leurs dividendes progresser à un rythme record depuis cinq ans.

La crise ne touche pas tout le monde de la même manière. En effet, l'amélioration des résultats a permis aux sociétés européennes d'afficher pour le deuxième trimestre la plus forte hausse de leur distribution de dividendes en cinq ans, selon des données publiées lundi.

Les faibles taux d'intérêts et l'amélioration des résultats dopent les espoirs

La faiblesse des taux d'intérêt et une nouvelle amélioration des résultats devraient par ailleurs leur permettre de continuer à augmenter les montants ainsi distribués à leurs actionnaires. Ainsi, en dépit des tensions géopolitiques et d'une conjoncture décevante en Europe - qui ont douché les espoirs de forte reprise des bénéfices à court terme - les investisseurs parient-ils sur une poursuite de la hausse des résultats et des dividendes.

Les sociétés européennes, hors Royaume-Uni, ont versé 153,4 milliards de dollars (114,8 milliards d'euros) de dividende au deuxième trimestre, en hausse de 18,2% par rapport à l'an dernier, leur meilleure performance à taux de changes constant en cinq ans, selon les données de Henderson Global Investors.

Le deuxième trimestre est traditionnellement la période la plus importante en matière de dividendes, représentant les trois cinquièmes de la distribution annuelle. Cette année, elle a été favorisée par le rebond moyen de 10% des bénéfices des composants de l'indice paneuropéen EuroStoxx 50.

Hausse des bénéfices limitée à 5,4% cette année

Malgré tout, pour l'avenir, les faibles performances des économies de la zone euro ont amené les analystes financiers à abaisser leurs estimations. Ils attendent désormais une hausse de 5,4% des bénéfices en Europe cette année, au lieu de 11,8% attendue au début de l'année, selon les données Thomson Reuters Datastream.

Toutefois, même une hausse des bénéfices limitée à 5% reste favorable par rapport à la stagnation de la période 2009 à 2013 et certains investisseurs estiment que les entreprises restent sous-valorisées en regard de leur potentiel de distribution.

Manque de confiance des investisseurs

Ceci étant dit, les sociétés européennes se traitent sur la base d'un rendement de 3,3% en moyenne, soit plus de 200 points de base au-dessus du rendement du Bund allemand - l'obligation de référence en Europe - passé sous la barre de 1% la semaine dernière pour la première fois de son histoire.

Ce niveau se compare à un rendement moyen de 2% pour les actions américaines et de 2,4% pour les actions dans le monde.

Les tensions en Ukraine et au Moyen-Orient, ainsi que les mauvais chiffres de conjoncture dans la zone euro, notamment en France, ont pesé sur les contrats futures sur dividende de l'EuroStoxx 50 à l'horizon 2015-2019, qui ont perdu 1% à 8% par rapport aux pics de juin, dans le sillage des marchés boursiers.

Mais certains investisseurs et analystes estiment que le pessimisme est excessif sur ce marché, mettant en avant de récents signes d'amélioration de l'activité pour le troisième trimestre en cours et l'éventualité de nouvelles mesures de soutien à la croissance de la Banque centrale européenne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/08/2014 à 11:31 :
https://www.facebook.com/pages/Faisons-les-poches-aux-500-familles/290213774494757?ref=hl


Aucun millionnaire n'est légitime. Nous autres salariés avons beau faire toutes les heures supplémentaires du monde, travailler du petit matin jusqu'à tard le soir, jamais nous ne gagnerons une telle somme. Leur argent du vol. C'est notre travail qui est pillé. C'est le travail qui produit la richesse. Quel mérite ont les actionnaires? Nous produisons, nous innovons, nous développons et nous gagnons une misère! Il est grand temps d'imposer un revenu maximum pour valoriser le travail et l'effort!
https://www.facebook.com/pages/Faisons-les-poches-aux-500-familles/290213774494757?ref=hl
a écrit le 19/08/2014 à 11:21 :
Ne cherchez pas une autre cause au problème de la stagnation économique, de la déflation. Trop forte spéculation, contre peu d'implication dans l'innovation, le renouvellement des machines industrielles... Tout ce qui crée de l'emploi. Ces orientations doivent faire' l'objet d'accords internationaux, dépassant le cadre de l'Europe et notamment de l'aspect politique des pays Anglo-saxons.
a écrit le 19/08/2014 à 11:20 :
Ne cherchez pas une autre cause au problème de la stagnation économique, de la déflation. Trop forte spéculation, contre peu d'implication dans l'innovation, le renouvellement des machines industrielles... Tout ce qui crée de l'emploi. Ces orientations doivent faire' l'objet d'accords internationaux, dépassant le cadre de l'Europe et notamment de l'aspect politique des pays Anglo-saxons.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :