Dividendes : BlackRock sermonne les entreprises européennes

 |   |  351  mots
Laurence Fink, le patron de BlackRock a déjà adressé une lettre aux entreprises américaines pour les inciter à investir davantage.
Laurence Fink, le patron de BlackRock a déjà adressé une lettre aux entreprises américaines pour les inciter à investir davantage. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le patron du gestionnaire d'actifs reproche aux grands groupes européens de privilégier leurs actionnaires au détriment de l'investissement.

Trop de dividendes versés et d'actions rachetées, pas assez d'investissements. Dans une lettre adressée  à 150 grandes entreprises européennes dont des extraits sont publiés par Les Echos ce lundi, Larry Fink le patron du fonds américain écrit:

"Trop d'entreprises ont réduit leurs investissements et même accru leur endettement pour pouvoir augmenter leurs dividendes et leurs rachats d'actions (...) La redistribution de cash aux actionnaires doit faire partie d'une stratégie de gestion équilibrée. Si elle est faite pour de mauvaises raisons et au détriment de l'investissement, elle peut menacer la capacité de l'entreprise à générer durablement du rendement sur le long terme."

En Europe, ce rappel à l'ordre a reçu un accueil positif de la part les "Economistes Atterrés". Ces derniers ont publié le tweet suivant ce lundi:

Même message aux Etats-Unis

Fort de ses 4.324 milliards de dollars d'actifs confiées par ses clients en 2013, le fonds de gestion s'est déjà permis une telle mise en garde. Une missive contenant à peu près le même message a été ainsi adressée fin mars aux entreprises américaines (celles du S&P 500). Elle avait pour but de contrer de nombreux "bruits" courants sur le marché de la part des investisseurs activistes, selon Michelle Edkins, en charge de la gouvernance chez BlackRock, citée par l'agence Reuters

>> Icahn, Loeb... les banques d'affaires disent merci aux investisseurs activistes

L'un de ces investisseurs, Carl Icahn, a beaucoup fait parler de lui au début de l'année en demandant publiquement (et en privé) à la direction d'Apple de rémunérer davantage les actionnaires. Il s'est cependant rétracté. 

Le trading à haute fréquence inquiète BlackRock

D'autres sujets suscitent visiblement l'inquiétude du plus grand fonds de gestion d'actifs au monde. Ainsi le 9 avril, le groupe new-yorkais a publié une étude sur le trading à haute fréquence. Il y affirme la nécessité de réguler ce système. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/04/2014 à 23:22 :
Le dividende ne peut être durablement supérieur à 40% du bénéfice pour financer la recherche ou mettre en réserve pour de futures recherches ou achats de brevets.
a écrit le 15/04/2014 à 23:20 :
Il faut interdire la vente à découvert et soumettre les produits dérivés à la TTF.
a écrit le 15/04/2014 à 14:55 :
le système des actions est un moyen pour les entreprises d'avoir un capital pour se déveloper. Le principe est cependant dangereux avec les OPA, comme si quelqu'un rachetait sans vous le demander votre emprunt de votre appartement et vous mette dehors. Par contre, si les dividendes qui ne sont que des intérêts n'ont rien de condamnable, c'est la spéculation court terme et surtout le tradind haute fréquence qui peut dérailler tout seul qui sont à condamner et taxer lourdement pour en décourager l’existence.
a écrit le 15/04/2014 à 14:49 :
les dividendes ne sont que les intérêts versés à ceux qui prennent de gros risques, y compris sur le capital. ces intérêts sont inférieurs à 5%, pas de quoi s'alarmer sachant que s'il n'y a pas de capital il n'y a plus d'entreprises. Et les entreprises se prémunissent justement des conseils prédateurs des investisseurs, elles doivent se rendre non opéables...le problème est surtout en france un niveau record d'europe d'impôts et taxes qui mettent en péril la compétitivité, le levier pour le développement et l'emploi est bien là
a écrit le 14/04/2014 à 12:59 :
Il faut taxer les dividendes et alléger l’impôt sur les bénéfices réinvestis !
Réponse de le 14/04/2014 à 13:15 :
Toujours des taxes pour nourrir un état obèse... à quand les réformes?
Réponse de le 14/04/2014 à 17:37 :
Les dividendes sont déjà taxés et sont maintenant inclu dans les revenus. De plus, pour les dirigeants de SARL ils payent meme les charges sociales à perte dessus (alors qu'ils ont aucun droit).
Déjà que les entrepreneurs partent alors si vous paxez encore plus, il va n'y avoir plus aucune entreprise en FrancE.
Réponse de le 14/04/2014 à 19:44 :
Tout ce qui est demandé, c'est que le taux de distribution soit durable. Or dans certains cas comme par exemple Orange, le taux de distribution est tel que l'on est en droit de se demander si cela ne met pas l'entreprise en danger sur le long terme.
Réponse de le 14/04/2014 à 20:51 :
à @dilemblue : difficile de faire plus confus que vos propos. Si vous n'avez rien d'intelligible à dire n'encombrez pas la tribune des lecteurs, c'est pénible!
a écrit le 14/04/2014 à 12:48 :
On préfère diaboliser les actionnaires européens ou le trading à haute fréquence tout en omettant les pratiques douteuses des hedge funds AMERICAINS par la vente à découvert... et en ce moment ils se régalent avec le conflit américano-russe sur l'Ukraine!
Réponse de le 14/04/2014 à 18:05 :
@Michel
S'il y a bien une pratique qui devrait être interdite, c'est bien la vente à découvert.
Réponse de le 14/04/2014 à 18:42 :
@JB38

C'est une constante chez les américains, guerre militaire ou économique, cela se déroule toujours à l'extérieur des USA.
Réponse de le 14/04/2014 à 19:40 :
Diaboliser le trading à haute fréquence, dites vous? Je pense que cela devrait tout bonnement être interdit
Réponse de le 15/04/2014 à 7:23 :
@Jeannot Lapin

La fréquence de trading ne modifie en rien le cours de bourse. C'est plutôt le poids financier des investisseurs institutionnels qui est à surveiller notamment les hedge funds usant de la vente à découvert empruntant les titres des petits porteurs pour spéculer à la baisse le cours de bourse des sociétés cotées.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :